Congo-Kinshasa: Où en sont les relations entre Fatshi et VK ? L'ouverture du procès au second degré devra le préciser

L'avenir du Directeur de cabinet, à l'orée de l'ouverture de son Procès au second degré ce vendredi 18 septembre 2020, est plus que sombre malgré la sérénité affichée par ses avocats interrogés sur les chances de leur client d'être blanchi.

On se rappellera que le procès en première instance avait eu la main lourde en ce qui le concerne : Vingt ans de servitude pénale, assortis de dix ans de privation de droits civiques. Si cette sentence était reprise par le nouveau procès au second degré, Vital Kamerhe devra tirer un trait définitif sur un avenir politique au pays qui s'annonçait brillant et sur la possibilité même d'exercer ses droits élémentaires.

Cela explique pourquoi il est important pour lui, à défaut de rechercher que le Tribunal l'innocente, qu'il recherche un allègement de peines encourues ; cela aurait une importance indéniable non seulement pour lui, mais aussi pour le Tribunal, parce que des tractations peuvent-être engagées pour que les deux parties en tirent profit. Ce serait dommage pour tout le monde que le pétillement de la pensée et l'intelligence vive de Vital Kamerhe s'enterrent dans la prison de Makala et qu'il n'en sorte que trop vieux sans plus d'utilité pour le pays. Ça ne serait pas étonnant que ses avoués aient entrepris démarches dans ce sens. Pour le Tribunal, une récupération des fonds de l'Etat serait toujours la bienvenue.

En lisant sur les réseaux sociaux les menaces lancées par quelques organisations des jeunes de Bukavu ou de Goma contre le Président de la République, les lecteurs non avertis seraient tentés de jeter l'opprobre sur lui, l'accusant de n'avoir pas protégé son allié avec lequel il s'était lié par les accords de Nairobi. Il faudrait pour cela faire table rase de toutes les erreurs commises par le Directeur de Cabinet du Président de la République durant l'année 2019. Fallait-il que le Président de la République accepte de dégringoler avec son Directeur de Cabinet pour convaincre ces inconditionnels. Car, le Directeur du Cabinet du Président de la République avait compris le pari qu'il pouvait tirer de la longue période de tractations politiques entre le FCC et le CACH afin de former un gouvernement en se substituant au Premier Ministre sortant et au Premier Ministre entrant pour poser des actes au nom du Président de la République. Ses inconditionnels objectent que chaque fois qu'il posait un acte, il copiait le Président de la République. Ce qui est vrai. Seulement, ils oublient de mentionner que la correspondance du Président de la République est gérée par le Directeur de cabinet et que dès lors, toutes les copies lui adressées se retrouvaient dans les tiroirs du Directeur de cabinet.

Vital Kamerhe constitue maintenant un poids pour le Président de la République dont il serait volontiers passé si tout était à refaire. En effet, il est écartelé par le devoir d'honorer ses engagements envers l'UNC d'une part, et de l'autre, ne pas interférer dans le dossier judiciaire pour impulser une dynamique solide dans la gestion de la chose publique qui s'était caractérisée par une légèreté et négligence incroyables comme l'instruction du Procès Kamerhe l'a livré au grand public.

L'embarras du Président de la République vient en outre de son attachement à honorer les engagements qu'il a pris. L'ouverture du Procès viendra en tout cas éclaircir toutes les zones d'ombres persistant dans la relation Président de la République et son Directeur de cabinet. Ce dernier était en effet dévoré par une passionnante ambition de devenir Président de la République. Il aurait déjà commencé à prendre des contacts pour se préparer à l'horizon 2023 au lieu d'attendre 2028. Ce qui veut dire qu'il serait entré en collision avec l'actuel Président de la République qui est logiquement candidat à sa propre succession.

Le jugement au second degré devra donc sceller définitivement le sort de Vital Kamerhe qui ne jouira plus de la part du Président de la République de la présomption d'innocence dont il jouissait et pour lui-même, il sera fixé de son sort définitif.

Quels sont les chances pour lui d'être innocenté ? Elles sont intactes. Mais il y a un risque à prendre pour Kamerhe. Négocier pour obtenir une réduction de peine est possible dans les affaires Pénales. Sachant que ne pas négocier, c'est prendre un risque qui pourra lui être définitivement préjudiciable s'il n'est pas innocenté, Kamerhe se retrouve devant un choix difficile. C'est comme le dit l'expression consacrée, pour lui ce serait "pile ou face".

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.