Sénégal: Athlétisme - Lamine Diack écope de quatre ans de prison

Lamine Diack

L'ancien président de l'IAAF (Fédération internationale d'athlétisme), actuel World Athletics, le Sénégalais Lamine Diack a été condamné, le 16 septembre, pour corruption passive et dopage d'athlètes russes.

Au terme d'un procès rocambolesque, Lamine Diack va purger une peine de quatre ans, dont deux avec sursis. Il est aussi appelé à payer une amende de cinq cent mille euros pour dommages et intérêts à World athletics, pour abus de confiance.

Selon le tribunal correctionnel de Paris, le Sénégalais de 87 ans est coupable de corruption passive pour le versement de pots-de-vin par des athlètes russes et le financement des campagnes sénégalaises par la Russie.

Ressorti libre à l'issue de la lecture du jugement, l'ex-patron de l'athlétisme mondial qui a dirigé l'IAAF, de 1999 jusqu'en 2015, devrait faire appel, puisque ses avocats ont aussitôt annoncé qu'ils ne resteront pas les bras croisés.

Par ailleurs, son fils Papa Massata, également recherché dans la même affaire, ne s'est jamais présenté devant la justice. Depuis le Sénégal, il a encore dénoncé, cette semaine, un « acharnement ». Malgré son absence au procès, il écope de 5 ans de prison ferme et près de 600 millions CFA d'amende.

Lamine Diack et son fils de 55 ans, Papa Massata Diack, qui dirigeait le marketing à l'IAAF, étaient jugés pour avoir permis de retarder, à partir de fin 2011, des procédures disciplinaires à l'encontre d'athlètes russes soupçonnés de dopage sanguin, dont certains avaient été sacrés aux Jeux olympiques de Londres-2012, avant d'être déchus pour dopage.

Notons que Lamine Diack, né le 7 juin 1933 à Dakar, fut un athlète et dirigeant d'athlétisme sénégalais.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.