Libye: Les efforts se multiplient pour une sortie de crise

Alger — Les parties libyennes qui se sont entendues récemment à Montreux (Suisse) sur "une phase préparatoire", poursuivaient leur efforts en vue de booster les pourparlers interlibyens prévus en octobre à Genève, devant conduire à la formation d'un nouvel exécutif, au profit de qui, le Premier ministre Fayez al-Sarraj, entend céder ses fonctions fin octobre.

Mercredi, le président du Conseil présidentiel du Gouvernement d'union nationale (GNA) libyen Fayez al-Sarraj a annoncé être prêt à quitter ses fonctions au plus tard fin octobre pour céder la place à un nouvel exécutif issu de pourparlers interlibyens visant à parvenir à une issue politique à la crise que connaît le pays depuis dix ans.

Fayez al-Sarraj s'est félicité du dialogue interlibyen mené sous l'égide l'ONU et des recommandations qui en ont découlés en référence aux consultations de Montreux, tenues du 7 au 9 septembre en Suisse, soulignant que ces discussions ont balisé le terrain pour une "phase préparatoire" à une solution globale en Libye.

Le chef du GNA a exprimé son " soutien à tout dialogue politique qui déboucherait sur l'élection de nouveaux organes politiques susceptibles de mettre un terme à la division en Libye".

Après avoir fait le 21 août dernier deux déclarations distinctes de cessez-le-feu, les rivaux libyens ont retrouvé le chemin du dialogue à Montreux pour relancer le dialogue inclusif facilité par l'ONU et trouver une solution politique à la crise libyenne.

Lors de ces concertations, les parties libyennes ont accepté de tenir des élections dans les 18 mois et de restructurer le gouvernement.

Dans la foulée, le gouvernement installé à Benghazi a aussi annoncé sa démission après les violences ayant marqué les dernières manifestations dans la ville d'Al-Marj, dans l'est de la Libye.

Mardi, le Conseil de sécurité a adopté la résolution 2542 (2020) qui proroge d'un an, jusqu'au 15 septembre 2021, le mandat de la MANUL, en charge de la facilitation du processus de transition en Libye.

Si la nouvelle résolution ne modifie par le cœur du mandat de la mission, elle s'écarte des priorisations des responsabilités énoncées par les textes précédents et indique que la Mission est désormais "chargée de mener des activités de médiation et des missions de bons offices, dans le strict respect du principe d'appropriation nationale".

La MANUL est également appelée à "appuyer l'instauration d'un cessez-le-feu, une fois convenu par les parties libyennes", et à "fournir le soutien approprié à son observation". Le Conseil lui demande en outre de coordonner et de dialoguer étroitement avec les acteurs internationaux et les pays voisins ainsi que les organisations régionales.

La crise en Libye a débuté en 2011, et depuis deux autorités se disputent le pouvoir: le Gouvernement d'union nationale (GNA), basé à Tripoli, et la Chambre des représentants qui siège à Tobrouk dans l'Est.

A La Une: Libye

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.