Sénégal: La photographe Ina Thiam se sert de son art pour se libérer de la violence du traumatisme sexuel

Dakar — La photographe sénégalaise Ndèye Fatou Thiam alias "Ina Thiam", révélant avoir été abusée sexuellement, a trouvé une manière originale de se libérer de ce traumatisme par le biais d'un album photo en ligne, clichés qui la représentent avec des textes sous forme de commentaire, pour mieux décrire sa résilience face à la violence dont elle a été victime.

"J'avais juste senti le besoin de dire qui je suis, et d'où je viens à haute voix", a confié l'artiste photographe dans un entretien avec l'APS.

"D'après mon histoire et celle qu'on m'a racontée durant mon enquête, je décris ma résilience en tant que victime de violence sexuelle".

Cet album photo, publié sur le site web personnel de l'artiste-photographe, est le fruit d'un travail entamé à partir d'octobre 2018 sous la forme d'une œuvre autobiographique.

Sur les clichés qui défilent, les images en noir et blanc de ce livre donnent une tonalité particulière au récit livré et contribuent par là même à donner toute la mesure de la gravité des faits, sous la signature du graphiste Willy Ndaw, par ailleurs directeur artistique du projet.

Ina Thiam se dévoile pour mieux se protéger sur une série de photos prises avec l'aide de trois personnes dont le graphiste et photographe Mamadou Ndaw alias "Willy Kemtane", assisté de Mamadou Ly (partie éclairage) et Ass Malick Faye (make up). Fatima Ndiour et Barham Kamara avaient en charge la logistique.

La justice ne guérissant jamais tout à fait le traumatisme des victime, les mots viennent dire l'indicible douleur qui ne se peut traduire que dans la langue maternelle.

"Diom, mouñ, soutoura, fayda, foula, maandou, ngor, diiné, yaar, aada", autant d'expressions pour dire plus que la volonté de résilience, renforcer sa confiance, retrouver l'estime de soi, surmonter la souffrance et la douleur dans la pudeur et la tempérance, la photographe étant en cela guidée par l'ambition de rester toujours accrochée à des valeurs et références sociales pour continuer à rester digne de soi-même et des autres et avancer.

Des dialogues accompagnent les photos, manière de souligner le drame intérieur ou de s'en évader, comme si l'artiste-martyre vivait dans un immeuble qui prend feu et qui se remplit de fumée, dont elle cherche l'"issue de secours", comme l'intitulé de son projet.

"Quand elle m'a expliqué son concept, je me suis automatiquement dis qu'il faut commencer dans le noir pour trouver la lumière sur ce qu'elle voulait raconter. Et ça collait avec ce qu'elle avait en tête (... ). L'absence de couleur nous rend plus attentifs à tout le reste", explique Mamadou Ndaw.

Ina Thiam considère que cet album autobiographique constitue une base solide pour comprendre les atrocités auxquelles la femme peut être confrontée au sein de la société.

La première solution pour éradiquer le phénomène des abus sexuels, "c'est d'encourager les victimes à partager leurs histoires", ajoute Willy Ndaw, lui-même photographe de profession.

Ina Thiam a bénéficié d'une bourse "Creativity is Life" de 1.500 euros (983.322 francs CFA) de "Africalia", organisation belge de développement culturel pour réaliser son projet "Issue de secours".

"Cette sélection a été pour moi un moyen de finir ce sujet qui me tenait à cœur et que je ne pouvais pas publier faute de moyens. C'est aussi l'occasion d'être sur une plateforme avec d'autres artistes africains", dit-elle pour se réjouir de cette participation à cette initiative.

Ina Thiam veut s'engager d'autant plus à renforcer la présence et la capacité des femmes à travers des cadres d'expression comme le rap, le graffiti, la danse et le DJing mais aussi par la formation professionnelle en leadership, en mentoring, en social living, en management et marketing culturel dans ses différentes interventions en tant que chargée de projets à l'association "Africulturban", dirigée par le rappeur sénégalais Matador.

A La Une: Sénégal

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.