Sénégal: Le document de Stratégie nationale de lutte contre la corruption expliqué par l'OFNAC

Dakar — Le document de Stratégie nationale de lutte contre la corruption (SNLCC) "englobe un plan d'action détaillé et chiffré, ainsi qu'un outil institutionnel de pilotage chargé du suivi et de l'évaluation de la SNLCC", à travers une instance de supervision et de surveillance et une autre chargée de la coordination et du reporting des activités.

La Stratégie nationale de lutte contre la corruption (SNLCC), dont le document a été officiellent adopté par les plus hautes autorités publiques, comporte notamment un dispositif de mise en œuvre et de suivi évaluation.

"Ce dispositif englobe un plan d'action détaillé et chiffré, ainsi qu'un outil institutionnel de pilotage chargé du suivi et de l'évaluation de la SNLCC, composé de deux instances. Une instance de supervision et de surveillance dénommée Comité national de Suivi et d'Évaluation de la SNLCC (CNSE-SNLCC), et une autre chargée de la coordination et du reporting des activités, appelée Secrétariat Technique (ST-CNSE)", lit-on dans une note d'information reçue de la cellule de communication de l'Office national de lutte contre la corruption (OFNAC).

"Dans l'élan d'une mise en œuvre réussie de la stratégie, le processus en est à une étape cruciale, à savoir la finalisation du cadre opérationnel des activités à mener dans la prévention et la lutte contre la corruption dans la période 2020-2024 au niveau national et l'élaboration des outils de suivi et d'évaluation de la stratégie qui interpelle toutes les administrations et structures de l'Etat, du secteur privé et des organisations de la société civile", ajoute le document.

L'élaboration du document de SNLCC dont la coordination a été confiée à l'OFNAC, a permis à l'institution de travailler avec l'ensemble des acteurs publics, privés et de la société civile dans une approche inclusive et participative, selon la note d'information.

Son élaboration vise à mettre le Sénégal en conformité avec la Convention des Nations unies contre la corruption en son article 5, la déclaration de Kuala Lumpur et le Plan Sénégal émergent (PSE), qui se veut le cadre de référence des politiques pour un Sénégal émergent à l'horizon 2035.

Le document de Stratégie nationale de lutte contre la corruption (SNLCC) fait l'état de la corruption, notamment par la description de sa nature et de ses manifestations, l'analyse des cadres juridique et institutionnel et l'évaluation des mesures mises en œuvre par l'Etat, le secteur privé et la société civile en vue de vaincre le fléau, explique la note d'information.

Elle ajoute que ce document identifie également, "les défis majeurs en matière de lutte contre la corruption et pose les jalons de son éradication dans notre pays".

La méthodologie d'élaboration de la Stratégie nationale de lutte contre la corruption a consisté en une démarche déclinée à travers 4 phases de lancement, de diagnostic, de formulation et de finalisation.

La phase de formulation "revient sur les éléments de contexte, les données socio-économiques du Sénégal, l'engagement des autorités publiques dans la lutte contre la corruption, le cadre juridique et institutionnel et l'adoption d'instruments universels, régionaux, communautaires et nationaux".

La quatrième partie, celle de la finalisation, concerne "les éléments de diagnostic qui ont permis de cerner la nature, les manifestations et l'état de la corruption au Sénégal, ainsi que les principaux résultats obtenus de son évaluation dans les domaines de la prévention, de l'incrimination, de la détection et de la répression".

"Il en est de même de la coopération internationale en matière de lutte contre la corruption, le recouvrement des avoirs, l'accès à l'information et la gouvernance", ajoute la note d'information de l'OFNAC.

Selon la même source, la cinquième partie du document décrit la stratégie à adopter pour prévenir et lutter efficacement contre la corruption, laquelle stratégie s'inspire d'une vision formulée comme suit : "L'éradication de la corruption au Sénégal en vue d'un développement durable et inclusif."

Cette dernière partie se décline finalement en trois axes stratégiques relatifs notamment à l'amélioration des cadres juridique et institutionnel de la lutte contre la corruption.

La note d'information évoque également l'amélioration de la gouvernance et de la coordination des interventions en matière de lutte contre la corruption et l'amélioration de la communication et le renforcement de capacités des acteurs de la lutte contre la corruption.

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.