Sénégal: Décès de Cheikh Abdoulaye Willane dit Cheikh Abdou Barhama - La communauté niassène perd un guide à Kaffrine

17 Septembre 2020

Le marabout Cheikh Abdoulaye Wilane, plus connu sous le nom de «Abdou Barhama», a tiré sa révérence hier, des suites d'une courte maladie, plongeant Kaffrine et toute une communauté de fidèles dans une immense tristesse.

La dernière apparition publique de Cheikh Abdoulaye Wilane dit «Abdou Barhama», décédé hier à l'âge de 76 ans, remonte au 7 août 2020.

Le regretté chef religieux présidait une cérémonie devant son domicile du quartier Médina Baye à Kaffrine pour récompenser les meilleurs talibés dans la lecture du saint Coran et offrir des cadeaux aux coépouses qui venaient de rester un an sans se bagarrer. «Abdou Barhama» était en forme.

Décontracté et, comme toujours, plein d'humour ce jour-là, le représentant de la famille d'El Hadj Ibrahima Niass dans le Ndoucoumane avait encore impressionné ses talibés, partageant de savoureuses anecdotes.

À l'annonce de sa disparition hier matin, tous les fidèles rencontrés se sont justement rappelés cette grande soirée du 7 août 2020.

«Personne ne pouvait imaginer que c'était sa dernière grande rencontre avec nous. C'est vraiment dur», dit, larmes aux yeux, Oustaz Dame Dia, fidèle talibé et proche collaborateur du défunt guide.

«C'est toute la communauté niassène qui perd un de ses plus grands défenseurs», renchérit Babacar Cissé, long chapelet à la main. Juste à côté, Rama Ndao est inconsolable.

Le groupe s'élargit, tous en sanglots. Finalement, l'ambiance devient intenable devant l'immense demeure de la famille éplorée. Cheikh Abdoulaye Wilane, fils du grand érudit Haly Wilane et de Sokhna Ndao, a vu le jour le 19 avril 1944 à Ndougoubène, village situé à 4 km de Kaffrine.

«Cheikh Abdoulaye a très tôt maitrisé le Coran et s'est engagé par la suite dans des études de sciences islamiques», témoigne Oustaz Dia.

C'est justement l'affection qu'il vouait à Baye Niass qui a amené les fils de ce dernier à le surnommer «Abdou Barhama» et à faire de lui le représentant de la famille dans le Ndoucoumane. Cheikh Abdoulaye s'installe à Kaffrine, plus précisément à Médina Baye quartier qu'il a créé en 1977 à Kaffrine.

Ce quartier cosmopolite regroupe aujourd'hui plusieurs nationalités : Guinéens, Bissau-guinéens, Maliens et Gambiens qui vivent en parfaite harmonie avec les Sénégalais.

C'est que le guide niassène était un homme de son temps, ouvert d'esprit et grand éducateur avec à son actif 20 instituts islamiques et plus de 600 écoles coraniques disséminés au Sénégal et dans la sous-région.

«Abdou Barhama» sera inhumé aujourd'hui dans la mosquée érigée juste en face du domicile familial à Kaffrine. Il part sans réaliser l'un de ses grands projets: l'université islamique du Ndoucoumane.

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.