Burkina Faso: Evasion d'enarques testés positifs au Covid-19 - Soyons plus responsables

17 Septembre 2020

Alors que j'étais devant une villa cossue à la recherche de ma pitance quotidienne, j'ai oui dire que 76 stagiaires de l'Ecole nationale d'administration (ENAM) en formation militaire au Camp Ouezzin Lamizana de Bobo-Dioulasso testés positifs au coronavirus ont déserté les lieux.

Ils auraient été plus tard localisés. Certains d'entre eux auraient affirmé la main sur le cœur qu'ils ne se sont pas évadés mais pointent plutôt du doigt les conditions qui les auraient obligés à quitter les lieux.

Même si je n'ai pas toute ma jugeote, pour moi, qu'ils aient fugué ou pas, le constat est le même puisqu'ils ne sont pas présents sur le site. J'en suis d'autant plus convaincu qu'ils n'ont pas quitté les lieux en possession d'autorisations obtenues en bonne et due forme.

Voyez-vous ? Même fou, je sais faire la part des choses. L'affaire est grave, elle l'est d'autant que ces énarques ont été testés positifs au Covid-19. Et quand on sait le mode de contamination de cette maladie, il y a lieu de s'inquiéter.

C'est vrai que les autorités sanitaires rassurent que la situation est sous contrôle mais peut-on leur donner un blanc-seing dans la mesure où jusqu'à la date du 15 septembre 2020, tous les fuyards n'avaient pas été localisés?

Toujours est-il que ces fuyards, même s'ils ne veulent pas l'admettre, constituent, à tout point de vue, de gros risques non seulement pour leur entourage mais aussi pour la société en générale.

En tout cas, le risque qu'ils contaminent d'autres personnes est grand dans la mesure où ils n'ont pas été illico presto internés.

Il est même fort à parier que ce soit l'un des mobiles de leur fuite du camp. On le sait, les Burkinabè ont horreur de l'isolement y compris moi-même. Et ces énarques ne sauraient me convaincre du contraire.

Cela dit, au-delà des risques sanitaires, il convient de se demander si nos énarques ont bien compris la quintessence de leur formation. Je m'interroge parce que leur acte est aux antipodes des valeurs du civisme et du patriotisme qu'ils sont censés incarner.

Je suis d'autant plus inquiet que ces énarques ne sont autres que nos futurs cadres pour ne pas dire futurs dirigeants. Toujours est-il qu'en désertant les lieux, peu importe les raisons, ces énarques ne font honneur ni à leurs encadreurs ni à la nation.

Toutefois, la lucidité qui me reste en tant que fou, m'oblige à ne pas accuser ces énarques de tous les péchés d'Israël.

Tout laisse croire qu'il y a eu du laxisme de la part des autorités. Comment 76 personnes testées positives au Covid-19 peuvent quitter un endroit censé incarner la discipline, la sécurité, l'ordre et la fermeté sans qu'on ne puisse les arrêter.

Pourquoi Elles n'ont pas été tout de suite internées ? Disons le net, il y a eu soit du laxisme soit de la complicité. C'est pourquoi il serait bien que les responsabilités soient situées.

C'est d'autant plus important que si rien n'est fait, ce cas risque de constituer un précédent dangereux. En tout cas, le procureur a de la matière et pour peu qu'on veuille faire la lumière sur cette affaire, il doit se saisir de ce dossier.

Plus de: Le Pays

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.