Sénégal: A Dakar, le projet d'usine de dessalement d'eau de mer divise toujours

Nouvelle étape dans le projet de construction d'une usine de dessalement d'eau de mer à Dakar, dans le quartier des Mamelles : les travaux de pose de la conduite principale ont été officiellement lancés jeudi 17 septembre.

Pour ses promoteurs, cette future usine doit permettre de faire face à la très forte demande d'eau potable dans l'agglomération dakaroise. Mais un collectif de riverains s'y oppose.

La pelle mécanique dépose le tuyau au fond d'une tranchée. Dès 2023, l'usine de dessalement devrait permettre de produire 50 000 mètres cubes d'eau par jour.

Un projet majeur, selon Serigne Mbaye Thiam, ministre de l'Eau et de l'Assainissement : « Le projet que nous lançons ici est un choix technologique inédit et une solution du futur. »

C'est l'Agence de coopération japonaise qui finance le projet, via un prêt de 210 millions d'euros. Samba Bathily Diallo, maire de la commune de Ouakam, l'assure : cela permettra d'en finir avec les pénuries d'eau : « Dakar aujourd'hui, c'est plus de 3 millions d'habitants.

Et il n'est de secret pour personne que la distribution en eau ne se fait pas d'une manière très correcte. C'est un projet qui vient à son heure. »

Une pollution au cœur de Dakar pour certains

Un peu plus bas, au bout d'un sentier caillouteux, la plage des Mamelles. C'est là que doit être bâtie la station de pompage. Maguette, dit « Max », se qualifie de « gardien de la plage ». Pour lui, ce projet est une catastrophe écologique : « Ils vont détruire l'écosystème.

Il y a beaucoup de variétés de poissons ici. Il n'y aura plus de vie ici ni d'algues. Ils vont aspirer l'eau de la mer et tous les déchets, le sel, tout ça, ils vont rejeter ça dans la mer.

Il y a la pollution sonore, les mauvaises odeurs. Pourquoi ils le veulent au cœur de Dakar ? On a combien de côtes ici ! »

Le collectif SOS littoral annonce un nouveau rassemblement de protestation dans les prochains jours.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.