Afrique: Faman Touré au premier ministre Hamed Bakayoko - « Vous êtes l'un des nôtres »

Lors de la rencontre entre le Premier ministre Hamed Bakayoko et les acteurs du secteur privé, le mercredi 16 septembre 2020 à la primature, le président de la Chambre de commerce et d'industrie de Côte d'Ivoire, Faman Touré s'est adressé au chef du gouvernement ivoirien.

« Permettez-nous de profiter de cette tribune pour vous féliciter pour votre nomination en qualité de Premier Ministre, Ministre de la Défense et Chef du Gouvernement de la République de Côte d'Ivoire.

Nous formulons le vœu que votre mission soit jalonnée de succès et de réussite. Nous nous réjouissons également de votre volonté de mettre le secteur privé au cœur de vos actions gouvernementales et la rencontre de ce jour en est une parfaite illustration.

Excellence Monsieur le Premier Ministre, vous êtes l'un des nôtres pour avoir fait vos armes en tant que dirigeant d'entreprises et nous sommes persuadés qu'ensemble, nous trouverons les réponses à nos préoccupations », a dit d'emblée le président de la Chambre de commerce et d'industrie.

Poursuivant, Faman Touré a fait connaître au Premier ministre ivoirien, les préoccupations du monde des entreprises des secteurs de la santé, de l'hôtellerie et de l'industrie, pour une relance de leurs activités, dans le cadre du plan de riposte contre la COVID-19 : « Relativement au secteur privé de la santé, nous souhaitons qu'un regard particulier soit porté sur les établissements privés de soins.

La situation sanitaire accroit non seulement la demande interne de soins, mais les cas graves de santé habituellement transférés hors du pays doivent être pris en charge sur place. Dans une telle circonstance, la qualité des plateaux techniques des établissements de soins en Côte d'Ivoire devient un enjeu majeur.

Même si l'Etat a réalisé d'importants investissements dans ce domaine, il est cependant nécessaire de soutenir l'amélioration du plateau technique des établissements privés de soins.

Nous suggérons à cet effet de prendre des mesures de défiscalisation du matériel médical pour favoriser le renforcement ou le renouvellement des plateaux techniques des établissements privés de soins.

Pour ce qui est du secteur de l'hôtellerie, il est d'avis général que tout le secteur de l'hôtellerie, de la restauration et du tourisme a particulièrement souffert de la crise. Mais le cas des établissements hôteliers situés sur la côte en bordure de mer mérite une attention particulière.

Du fait de l'atmosphère corrosive et de la fermeture prolongée, les équipements ont connu une dégradation plus rapide et plus prononcée. Pour aider ce secteur à se remettre, nous proposons de prendre des mesures fiscales de soutien au renouvellement des équipements des hôtels situés sur le littoral.

En ce qui concerne l'industrialisation, la question de la transformation des produits agricoles figurant au cœur des priorités nationales, nous souhaitons que les mesures de soutien prises en faveur de certains secteurs tels que l'anacarde, soient étendues à la plupart des filières agricoles de notre économie.

De plus, l'annexe fiscale 2020 a exonéré les entreprises de transformation des produits agricoles en produits finis des impôts suivants : la taxe sur les opérations bancaires sur les prêts affectés à l'installation d'unités de transformation de produits agricoles en produits finis ; la contribution des patentes et l'impôt foncier des installations affectées à la transformation des produits agricoles, sur une période de cinq (5) ans, à compter de la fin du programme d'investissement.

Il nous parait opportun que cette exonération soit étendue aux transformateurs en produits semi-finis dans l'objectif de voir s'accroître le taux de premières transformations qui contribuera au développement industriel dans le cadre de la vision de l'État de Côte d'Ivoire d'opérer une transformation structurelle de l'économie ivoirienne ».

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: L'Intelligent d'Abidjan

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.