Angola: Le pays et la RDC renforcent la coopération dans la Défense et la Sécurité

Luanda — La Défense, la Sécurité, l'Ordre public et la Circulation des citoyens et des biens le long de la frontière commune, tels sont les domaines dans lesquels l'Angola et la République démocratique du Congo (RDC) ont signé mercredi à Luanda une série d'Accords de coopération.

Améliorer la cohabitation au niveau de la frontière commune, et assurer la sécurité et la circulation des citoyens des deux pays, sont les objectifs de ces Accords, auxquels sont parvenus Luanda et Kinshasa.

C'est ce qui ressort d'une réunion bilatérale tenue du 14 au 16 septembre 2020, dans la capitale angolaise, et à laquelle l'Angola était représenté par Pedro Sebastião, ministre d'Etat et chef de la Maison de sécurité du Président de la République, et par Eugénio Laborinho, ministre de l'Intérieur.

Ce dernier a paraphé ces accords avec Gilbert Kankonde Malamba, vice-premier ministre et ministre de l'Intérieur de la RDC, qui a conduit la délégation congolaise à cette rencontre.

Les incidents qui ont souvent lieu le long de la frontière commune, et des questions liées aux précautions à prendre face au Covid-19, en vue de freiner la propagation de la pandémie, ont été également au centre de cette réunion bilatérale.

Dans son mot de circonstance, le ministre d'Etat angolais a plaidé pour la nécessité de discipliner l'exercice du Commerce frontalier.

Selon Pedro Sebastião, il revient aux structures administratives des deux camps d'assurer le contrôle régulier moyennant l'adoption et le renforcement des règles régissant la circulation des citoyens.

Améliorer la sécurité à la frontière commune serait bénéfique pour les deux pays, a-t-il ajouté, soulignant l'engagement de l'Angola dans des actions d'ordre politique, économique et social en vue de répondre aux besoins collectifs.

Pour sa part, soutenant également la thèse d'améliorer la sécurité le long de la frontière commune, le vice-premier ministre congolais et ministre de l'Intérieur a qualifié l'Angola et la RDC de deux « pays frères », qui, en dépit de quelques incidents, « n'ont jamais connu des conflits armés ».

Interrogé par la presse, sur l'immigration illégale, le vice-premier ministre a déclaré que les Lois doivent être respectées.

Malamba, qui s'exprimait au sortir de la réunion bilatérale, a souligné que la traversée illégale de la frontière doit impliquer le rapatriement du citoyen qui bafoue la Loi.

De son côté, le ministre angolais de l'Intérieur, qualifiant de « bonnes » les relations entre Luanda et Kinshasa, a déclaré à la presse que son pays allait respecter les Accords qui venaient d'être signés par les deux parties dans les domaines précités.

La frontière entre l'Angola et la RDC, longue de 2.511 kilomètres, a toujours été « problématique», notamment à cause de l'immigration illégale quasi quotidienne, laquelle provoque, quelques fois, des incidents entre les gardes frontières des deux pays.

A titre d'exemple, 4.020 infractions ont été enregistrées au niveau de la frontière commune, rien qu'au courant du premier semestre de l'Année 2020.

Outre l'immigration illégale, ces infractions sont également dues à la contrebande de carburant au niveau de la frontière commune.

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.