Algérie: Cession des biens immobiliers de l'Etat - Plus de 747.000 dossiers régularisés

Alger — Un total de 747.187 biens immobiliers appartenant à l'Etat et aux Offices de promotion et de gestion immobilière (OPGI) a été cédé jusqu'au 10 septembre courant, a indiqué jeudi le ministre de l'Habitat, de l'Urbanisme et de la Ville, Kamel Nasri.

Lors d'une plénière consacrée aux questions orales à l'Assemblée populaire nationale (APN), présidée par Slimane Chenine, président de l'APN, le ministre a fait état d'"un total de 747.187 biens immobiliers cédés jusqu'au 10 septembre courant, sachant que l'opération se poursuivra et sera généralisée à tous les biens immobiliers appartenant à l'Etat et ceux gérés par les OPGI, en vertu du Décret exécutif n18-135 du 4 juin 2018".

Dans le cadre de la loi 81/01 portant cession de biens immobiliers à usage d'habitation, professionnel, commercial, ou artisanal de l'Etat, des Collectivités locales des offices de promotion et de gestion immobilière, le nombre des biens cédés a atteint 432.725 logements et 54.092 locaux.

Pour le ministre, l'opération de cession confiée aux commissions de daïras et aux commissions relevant deS OPGI a donné de bons résultats, au regard de la courte durée consacrée par ces commissions à l'opération de cession, notamment grâce à l'allègement des procédures au profit des citoyens".

Néanmoins, il a relevé que l'opération de cession, qui dépend aussi bien des OPGI que des services des Domaines de l'Etat, accuse parfois des retards en raison de la lenteur des opérations d'évaluation des biens immobiliers, objet de la cession, effectuées par les services des Domaines de l'Etat au niveau des wilayas, dans des délais qualifiés d'"inacceptables", au vu de la densité des travaux de ces directions de wilayas.

Et d'ajouter que l'entrave principale empêchant les citoyens d'obtenir leurs titres de propriété réside dans la non régularisation de la situation foncière (juridique et qualitative) relative aux projets de logement, objet de cession, ce qui requiert plus de temps afin que les mesures adéquates soient prises par les administrations concernées pour remédier à de telles situations.

Selon le ministre, cette opération bénéficiant d'un "suivi permanent" des services du ministère est soumise à l'évaluation pour lever toutes les entraves.

A une autre question sur l'annulation d'un quota de 400 logements AADL destiné aux citoyens de la commune de Chekfa (w.Jijel), M. Nasri a fait savoir que cette décision avait été prise suite aux résultats des enquêtes menées sur le nombre de souscripteurs éligibles à cette formule.

Suite aux résultats des enquêtes ayant fait état d'un excédent de 400 unités, il a été procédé à l'annulation de la réalisation de 200 logements à Chekfa et de 200 autres a Taxenna, outre 24 unités dans la commune de Kaous, a détaillé M. Nasri qui a annoncé l'affectation des souscripteurs concernés dans d'autres communes de la wilaya de Jijel.

Répondant à une question de la députée Badra Farkhi ayant exigé l'octroi de logements aux cadres dans leurs communes d'origine, le ministre a indiqué que son secteur avait découvert des déclarations fausses ou mensongères de la part de plus de 400 souscripteurs dans la wilaya, ce qui a incité les autorités à procéder à la domiciliation des différentes tranches de ce programme en fonction des besoins exprimés au niveau des communes, ajoutant que le traitement de ce problème nécessitait la mise en place d'un nouveau programme en faveur de l'agence ADDL dans la commune de Chekfa, vu le nombre suffisant de logement en cours de réalisation.

S'agissant des logements AADL réalisés souffrant de l'absence de raccordements aux voiries et réseaux divers (VRD) et d'autres structures notamment à El Aouana, Mezghitane et bien d'autres, M. Nasri a reconnu l'existence de plusieurs problèmes de raccordement auxquels son secteur s'attelle à leur traitement d'ici la fin de l'année en cours.

A La Une: Algérie

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.