Congo-Kinshasa: Rappel à l'ordre !

Se mettre réellement au service du Peuple qui a opté pour le changement. Tout est dit, en effet. Ce message, mieux cette interpellation des Archevêques et Evêques membres de la CENCO ne pouvait mieux tomber. Au lendemain de l'ouverture de la session parlementaire de septembre 2020, ils appellent les députés nationaux et sénateurs à accomplir leur devoir de manière efficace. Se basant sur les saintes écritures, mais surtout sur ses différents messages de dernières années, la CENCO insiste sur l'intérêt à porter au peuple, sur qui les mauvaises décisions des dirigeants pèsent quotidiennement.

Aux élus de ce peuple, l'adresse de la CENCO est claire : être sensibles aux peines, aux souffrances et aux désidératas de la population. Il leur faudra surtout, ces parlementaires, relayer effectivement les aspirations profondes du peuple congolais au changement et ne pas voter des lois qui ne rencontrent pas son bien.

A ce peuple, la CENCO recommande l'unité. Oui, d'être uni et attentif pour barrer la route à toute majorité ou minorité qui tenterait de prendre en orage noire le pays ainsi que l'avenir de toute la population par des « subterfuges politiciens dilatoires ».

Toutefois, la vigilance est de mise. La vigilance quant à l'adoption des lois justes qui garantissent la tenue des élections. La vigilance pour ce qui est du contrôle de l'exécution du budget concernant les élections.

Au-delà de tous les dossiers sensibles et pressants qui attendaient impatiemment les Députés et Sénateurs au cours de cette session essentiellement budgétaire, ces derniers devront naturellement répondre à un devoir sacré : le contrôle parlementaire. Contrôler sans complaisance les membres du Gouvernement et les mandataires de l'Etat et ne pas chercher à modifier et à tailler sur mesure des individus ou des partis politiques, les dispositions de la Constitution, particulièrement celles relatives aux modes des scrutins, tranche la CENCO.

Raison pour laquelle, elle appelle à veiller à ce que la majorité au Parlement n'abuse pas de sa supériorité numérique pour faire voter des lois peu favorables au progrès de la démocratie du pays.

La messe est dite.

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.