Congo-Kinshasa: Le Gâchis de M. Jamal au Camp Tshatshi - Pius Mwabilu évite à l'Etat une perte de plusieurs millions

Le Procès de Vital Kamerhe et Sammih Jamal a eu à révéler la légèreté avec laquelle les affaires de l'Etat se traitaient. La précipitation avec laquelle le chantier du camp Tshatshi a été exécuté pouvait coûter à l'Etat Congolais plusieurs millions en plus de ceux portés disparus par la magie de l'attribution opaque du marché du chantier, en dehors des normes, comme dénoncée par ledit Procès.

C'était un chantier mis en exécution en violation de toutes les procédures d'exécution des chantiers de construction, quelle que soit sa catégorie. Les défaillances techniques sur ce chantier étaient tellement criantes qu'elles ne pouvaient qu'être la conséquence d'une hâte suspecte. Car, avant de construire, il faut d'abord faire une étude sérieuse du terrain. Il faut mener une étude sérieuse de la forme du terrain. Est-ce un terrain roche ou un terrain meuble. Un sol meuble par exemple peut détruire un travail de plusieurs millions par un affaissement impromptu. En plus de l'Etude du terrain, il faut aussi une planification de l'assainissement du site, de l'adduction d'eau, du raccordement d'électricité, de l'installation domestique, une planification de la gestion du drainage des eaux de gouttière des toitures, une planification des fosses septiques et des puits perdus. Rien n'était prévu. Il y avait-là juste quelques maisons préfabriquées montées vaille que vaille sur des dalles amovibles sans un ancrage solide sur le fond du terrain.

C'était là des signes apparents d'une hâte qu'avait le maître d'ouvrage pour présenter quelque chose à l'opinion en vue de répondre à l'émoi suscité par les bruits sur le détournement des fonds publics. Cette hâte avait totalement débraillé le travail de viabilisation du chantier dont la durée de vie était dès lors vraiment compromise. Ce chantier était voué à un anéantissement certain avec la saison de pluie qui vient. On sait comment ces pluies se révèlent dévastatrices. C'est pour toutes ces raisons que le Ministre d'Etat chargé de l'urbanisme et habitat, sans doute conseillé par ses services qui ont eu à scruter le terrain autour du camp Tshatshi qui est en pleine dégradation a eu le mérite de sonner la sonnette d'alarme.

Il ne s'est pas borné de rameuter le gouvernement sur le risque de perdre ce qui a pu être sauvé des millions partis en fumée et qui a donné lieu au procès dit "Procès de maisons préfabriquées". Il est parti visiter le site en tant que responsable des chantiers dans la mesure où ils doivent respecter les normes en matière d'urbanisme et d'habitat fiable. Le constat sur terrain a été accablant. Tous les défauts relevés ci-haut ont été rapidement mis en évidence et un autre danger était les maisons préfabriquées non montées qui risquaient simplement de disparaître sans jamais avoir été érigées. Donc, beaucoup d'argent des contribuables qui allaient disparaître sans crier gare.

L'alarme étant déjà lancé, il appartient maintenant au gouvernement de ne pas laisser l'argent se volatiliser sans avoir fait le travail auquel il était destiné. Il faudrait que l'Etat dépense un peu d'argent pour sauver le chantier de Camp Tshatshi en corrigeant tous les défauts que nous avons relevé ci-haut. C'est une initiative louable de la part du Ministre d'Etat d'avoir ainsi eu l'idée de corriger le gâchis du chantier de camp Tshatshi. Aux autres membres du gouvernement de jouer la partition dans le même sens que le Ministre d'Etat pour que le pays puisse y gagner.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.