Sénégal: Fraude à l'examen du baccalauréat à Goudiry - Le jugement mis en délibéré au 30 septembre

Tambacounda — Treize candidats à l'examen du baccalauréat et deux étudiants poursuivis tous pour association de malfaiteurs et fraude à un examen ont comparu jeudi devant le tribunal de grande instance de Tambacounda (est).

Les 13 candidats, qui ont composé au jury 1.203 du centre d'examen du lycée de Goudiry, dans la région de Tambacounda, ont été arrêtés pour fraude durant le déroulement des épreuves de mathématiques, qui ont eu lieu début septembre.

Les trois élèves auraient bénéficié de l'aide des deux étudiants avec lesquels ils se sont présentés à la barre du tribunal.

Leur subterfuge a été découvert lorsqu'une candidate été surprise par un surveillant en flagrant délit de tricherie avec son téléphone portable, à l'aide duquel elle recevait les corrigés des épreuves.

Durant son audition, elle a dit que c'est via une plateforme WhatsApp créée et administrée par deux étudiants qu'elle et ses camarades recevaient les corrigés de l'épreuve.

Selon elle, les deux étudiants recevaient les sujets et les traitaient immédiatement, pour ensuite en envoyer le corrigé aux 13 candidats.

Au terme de l'audience, le tribunal a reconnu coupables les 15 prévenus, à l'encontre desquels le procureur a requis une peine de six mois d'emprisonnement assortie du sursis.

Durant le procès, l'avocat de la défense, Amadou Ladji Bâ, a soulevé une exception de nullité, estimant que la surveillante qui a décelé la fraude devrait dresser un procès-verbal pour que la procédure soit déclenchée. "Ce qui n'a pas été le cas", a-t-il argué.

Mais, pour le président du tribunal, il ne fait guère de doute qu'une plateforme WhatsApp a "été mise en place pour la triche, et rien d'autre".

Selon lui, la plateforme a été créée le 1er septembre, à la veille du démarrage de l'examen du baccalauréat.

Le tribunal a renvoyé au 30 septembre prochain le délibéré du procès.

A La Une: Sénégal

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.