Algérie: BAC - Les candidats partagés entre soulagement et appréhension quant aux résultats

Alger — Au dernier jour d'examen du baccalauréat (session septembre 2020), c'est le soulagement pour les candidats qui, même s'ils se disent optimistes dans l'ensemble, comptent sur l'indulgence des correcteurs pour certaines épreuves jugées difficiles avec l'espoir que les conditions exceptionnelles dans lesquelles se sont déroulées les épreuves cette année soient prises en considération lors des corrections.

Au dernier jour d'examen du baccalauréat, les candidats rencontrés par l'APS ont fait part de leur soulagement et de leur optimisme, sans pour autant cacher une certaine appréhension quant aux résultats des épreuves de mathématiques et d'anglais, jugées difficiles, et pour lesquelles ils en appellent à l'indulgence des correcteurs, eu égard aux conditions exceptionnelles dans lesquelles se sont déroulées les épreuves cette année.

Les épreuves de physique, d'économie et de management, de langues (espagnol, allemand et anglais) et de philosophie, programmées ce dernier jour d'examen pour les candidats des filières scientifique, technique et de langues, se sont déroulées dans le respect du protocole sanitaires mis en place depuis le début en raison de la pandémie de Covid-19, a-t-on constaté.

En effet, pour le cinquième jour consécutif, les candidats ont été soumis à une série de mesures, notamment le port, dès l'accès au centre d'examen, d'un nouveau masque, fourni par l'établissement, avant d'être dirigés vers les salles d'examen une fois la convocation et une pièce d'identité présentées et les cartables et les téléphones portables remis.

Des procédures qui précèdent le début de chaque épreuve afin d'éviter toute tentative de fraude ou de triche, d'ailleurs criminalisée après son introduction dans le Code pénal qui prévoit, à ce sujet, des sanctions judiciaires.

Plusieurs juridictions ont prononcé des peines d'emprisonnement à l'encontre de (9) neuf individus impliqués dans des faits liés à la diffusion de sujets de l'examen du baccalauréat ou des corrigés en utilisant les nouvelles technologies de l'information et de la communication (TIC), des peines qui oscillent, donc, entre un (1) et deux (2) ans de prison assorties d'amendes allant de 50.000 à 500.000 Da.

Dans ce sens, il a été procédé à l'identification, puis l'arrestation des mis en cause, en mettant un terme à leurs activités, grâce à la vigilance permanente de l'Organe national de prévention et de lutte contre les infractions liées aux TIC.

A Alger, plus de 57.000 candidats se sont présentés, dans "le calme et la sérénité", aux épreuves de l'examen du Baccalauréat (session septembre 2020) à travers 175 centres de déroulement, et ce, malgré l'appréhension ressentie chez certains élèves, a-t-on constaté.

Les premières statistiques ont fait état de 5628 absences contre 51.632 candidats présents au sein des salles d'examen, 18 cas suspects de contamination au coronavirus, dont 10 encadreurs et 8 candidats".

A noter qu'il existe, au niveau de la capitale, huit (8) centres de déroulement de l'épreuve de Tamazight pour laquelle se sont inscrits 55 candidats dont 11 absents.

Les directeurs de l'Education d'Alger s'accordent sur le bon déroulement de l'examen du Bac, aussi bien pour le personnel chargé d'appliquer les mesures préventives que pour les candidats, relevant un taux d'absence infime notamment chez les candidats libres.

La Directrice de l'Education d'Alger-Ouest, Mme Sonia Gaïd a relevé l'absence de 1.500 candidats libres sur 6.000 inscrits, soit 29% contre un taux d'absentéisme de 0,25% chez les candidats scolarisés.

Pour la responsable, l'absentéisme n'est pas un phénomène nouveau chez les candidats libres, notant qu'il était de 20% au premier jour des épreuves et 1% seulement chez les scolarisés à l'échelle nationale, selon le ministère de l'Education nationale.

Mme Gaïd a rappelé que le président de la République, Abdelmadjid Tebboune accordait un intérêt particulier au baccalauréat session 2020 (du 13 au 17 septembre) pour lequel plus de 637.000 élèves se sont présentés entre scolarisés et libres en "session extraordinaire".

Le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, avait donné le coup d'envoi des épreuves du Baccalauréat pour l'année scolaire 2019-2020 à partir d'Annaba, en présence du ministre de l'Education nationale, Mohamed Ouadjaout.

Le ministre de l'Education a affirmé que le secteur avait réuni "toutes les conditions organisationnelles et sanitaires pour la réussite de ce rendez-vous", soulignant que quatre protocoles sanitaires approuvés par le comité scientifique du ministère de la Santé, de la population et de la réforme hospitalière ont été élaborés en vue de protéger les candidats, les encadreurs et les travailleurs.

Il s'agit, en outre, de la garantie de 6500 masques de protection, dont le port est obligatoire pour les candidats, encadreurs et travailleurs, du gel désinfectant et d'une salle provisoire pour l'isolement des cas suspects, précisant qu'un médecin est mobilisé dans chaque centre à cet effet.

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.