Madagascar: Télécommunication - Timide évolution du taux de pénétration du service internet

11,60% des vingt cinq millions de Malgaches sont connectés quotidiennement à internet. L'autorité de régulation des technologies de communication vient de dresser le bilan de l'évolution de l'utilisation des services de télécommunication à Madagascar de 2006 à nos jours. À la base, 0.06% de la population était connecté.

Le chiffre a évolué depuis quatorze ans pour dépasser la barre symbolique des 10%. Comparé aux taux de pénétration du service mobile qui est parti de 5.79% à l'époque pour être à 45,63 % présentement, internet reste donc un luxe pour la majeure partie des Malgaches. Selon l'Artec, le nombre des SMS sortants est estimé à sept milliards de SMS, soit une augmentation de 47% par rapport à 2018. Les SMS intra-réseau représentent 99,3% des SMS sortants, soit 7,7 milliards de SMS.

Les Malgaches penchent toujours ainsi pour ce mode de communication au lieu de se tourner vers l'internet qui représente un coût notable pour leur pouvoir d'achat. En moyenne, pour s'acheter un abonnement Internet à Madagascar le prix mensuel est à un minimum de deux cent cinquante mille ariary. Un prix largement en deça de ce qui se fait en Europe ou en Afrique où les abonnements sur la fibre optique coûtent trois fois moins chers qu'à Madagascar.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.