Ile Maurice: Les acteurs économiques de la région du sud-est outrés par l'absence des députés de la circonscription

18 Septembre 2020

«Nou p souffer» confient les représentants des chauffeurs de taxi, des restaurateurs, des commerçants, skippeurs et pêcheurs de la région du sud-est et de l'est de l'ile. Ces derniers relatent que les députés de la région, dont Stephan Toussaint, Kavi Doolub et Bobby Hureeram sont indifférents aux sorts de leurs mandants. C'était lors d'une conférence de presse tenue ce vendredi 18 septembre à Cité La Chaux à Mahebourg

Youssah Dinmahamud, représentant de la Mahebourg Taxi Owners Association a souligné qu'une réunion entre les chauffeurs de taxi et les députés de la région devait avoir lieu vendredi. À la dernière minute, les trois représentants du gouvernement auraient fait faux bond. «Ils nous ont demandé d'adresser nos doléances au ministère des Finances car ils n'avaient pas le temps de venir assister à la réunion», relate Youssah Dinmahamud. «Nous sommes dans le rouge. Certains chauffeurs de taxi n'ont reçu que Rs5 200 de compensation tandis que d'autres n'ont rien eu. Comment pourront-ils subvenir à leurs besoins ?» Youssah Dinmahamud.

Christ Barlaine Vayavery, restaurateur est également offusqué par l'indifférence des députés de la région. «Est-ce si difficile pour eux de nous rencontrer pour trouver des solutions ?», s'interroge-t-il. En raison de l'économie circulaire de la région qui est actuellement à genoux, ce dernier demande à ce que les emprunts bancaires soient annulés.

Eshan Bechooa Lam, commerçant de la région, a quant à lui, demandé qu'une table ronde réunissant les députés de la région ainsi que les différents acteurs économiques aient lieu. «Nu bizin truv ene consensus, parski aktielman nou revenu a zero».

Christelle Rouselle, habitante de la région et travailleur sociale relate que la santé physique et morale des enfants de Mahebourg a été ignorée par les autorités. «Nos enfants qui passaient leur temps libre au bord de la mer n'ont plus de distraction. Nous demandons au gouvernement de trouver une solution pour eux», soutient-elle. «Même nous, les adultes nous nous sentons perdus et sommes à bout de nerfs».

Tony Apollon, plaisancier et membre du MMM s'est quant à lui exprimé sur les plaisanciers de la région qui avaient fait la demande auprès des autorités de travailler auprès d'eux sur l'exercice du nettoyage du lagon. À leur grand dam, c'est une compagnie privée qui a obtenu ce contrat. «Mem pou sa zot fer copinage», s'exclame Tony Apollon. «Les autorités avaient annoncé qu'ils avaient besoin de plus de 600 personnes pour le nettoyage du lagon. Vu qu'il y a environ 1200 plaisanciers à Mahebourg, j'ai proposé d'engager 600 plaisanciers de la région pour les deux premières semaines et d'engager les 600 restants à la troisième semaine», soutient-il.

Dev Nadan, représentant des guests houses et autres résidences touristiques, ainsi que Eshan Bechooa Alam, commerçant de la région affirment que ce drame écologique a fait fuir les Mauriciens qui fréquentaient les plages de la côte est.

A La Une: Ile Maurice

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.