Cameroun: Fecafoot - Ligue - L'appel à la réconciliation

Narcisse Mouelle Kombi a eu une séance de travail hier avec Seidou Mbombo Njoya, le président de la Fécafoot et Pierre Semengue, le président de la Ligue réhabilitée.

Aucune déclaration faite à la presse hier par les principaux acteurs à l'issue de la réunion de concertation relative à la sentence rendue par le Tribunal arbitral du Sport (TAS), le 14 septembre 2020. Seïdou Mbombo Njoya, le président de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot) est le premier à quitter le ministère des Sports et de l'Education physique. Puis, ce sera le tour de Pierre Semengue, le président la Ligue de football professionnel du Cameroun (LFPC) réhabilitée. En compagnie du ministre Narcisse Mouelle Kombi, ils viennent d'avoir une séance de travail dans la salle de conférence de son département ministériel. Celle-ci aura duré 1h47 dont 70 minutes de huis clos.

Plusieurs recommandations ont sanctionné cette rencontre. D'abord, les deux parties doivent s'investir pleinement pour un retour à la normale en facilitant l'application immédiate et sans conditions des sentences prononcées par le TAS les 14 et 15 septembre 2020 [Ndlr. La réhabilitation de la LFPC et le maintien du club New Stars de Douala en Elite One]. Ensuite, elles doivent collaborer pleinement à la reprise sereine des championnats professionnels de football et à la participation des clubs camerounais méritants aux compétitions internationales dans le respect des règlements édictés par la Confédération africaine de football (CAF). Enfin, elles doivent travailler en synergie pour l'apaisement des relations entre les membres de la grande famille du football camerounais dans la perspective de l'organisation du CHAN et de la CAN à venir sans éclats de voix entre les acteurs du football.

De manière spécifique, il est demandé à la LFPC, qui hérite des résultats d'un championnat organisé par sa tutelle pendant sa suspension, de tout mettre en œuvre pour mieux gérer la continuité et de trouver la formule adéquate pour le déroulement serein des championnats professionnels déjà annoncés par la tutelle fédérale. Tandis que la Fécafoot doit continuer à s'impliquer dans le cadre, voire au-delà de ses obligations traditionnelles à l'accompagnement effectif du démarrage sans délai et le bon déroulement des championnats professionnels sous la houlette de la LFPC. Elle doit également impliquer davantage tous les acteurs à la gestion des problèmes inhérents à l'organisation et à la pratique du football au Cameroun en renforçant le dispositif de concertation permanente actuel.

Dès le début de cette séance de travail, le ministre Narcisse Mouelle Kombi a encadré les échanges en soulignant notamment qu'il était question de « respecter les décisions juridictionnelles rendues ». Tout en rappelant qu'au début de cette crise qui a connu son épilogue le 14 septembre dernier à Lausanne, son ministère et le gouvernement avaient préconisé la concertation pour une solution conciliante pour les deux parties. Ceci, afin de permettre au président de la LFPC, Pierre Semengue, d'achever son mandat en cours. « Malgré les appels incessants des pouvoirs publics, les positions sont restées tranchées, notamment de la part de l'une des parties », a rappelé Narcisse Mouelle Kombi.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.