Sénégal: Moussa Baldé, Ministre de l'Agriculture et de l'Economie rurale - «Ce que j'ai vu cette année est inédit et impressionnant»

19 Septembre 2020
interview

Grâce à un hivernage généreux combiné à l'augmentation des intrants, mais, surtout la qualité de ces derniers et leur bonne mise en place, le Sénégal s'attend à des rendements records cette année. Au moment où le Président Macky Sall entame, ce week-end, une tournée économique dans le Sine-Saloum, pour se rendre compte de visu de la mise en œuvre du programme agricole du gouvernement, mais surtout écouter « ceux qui font battre le cœur de notre économie », le ministre de l'Agriculture et de l'équipement rural revient, dans cet entretien, sur les enjeux de cette visite pour le monde rural. Moussa Baldé évoque également, entre autres sujets, les projections de récoltes, les dispositions prises pour un bon déroulement de la campagne de commercialisation des produits agricoles et le rôle que doit jouer le secteur agricole dans le Pap2 ajusté.

Entretien réalisé par Seydou KA & Yakham Codou Ndendé MBAYE

Monsieur le ministre, vous venez de boucler une tournée à l'intérieur du pays. Quels sont vos constats sur le terrain relativement au déroulement de la campagne hivernale ?

Chaque année durant les vacances gouvernementales au mois d'août, le ministre de l'Agriculture et de l'économie rurale effectue une tournée de suivi de la campagne agricole. Cette année avec le contexte particulier dû à la pandémie de la Covid-19, certes nous n'avons pas eu de vacances gouvernementales, mais j'ai tenu à sacrifier à la tradition. Il faut rappeler que depuis l'irruption de cette pandémie, Son Excellence le Président Macky Sall avait annoncé la couleur en nous instruisant de bâtir un programme agricole axé sur la sécurité alimentaire. C'est ainsi que notre politique agricole 2020-2021 ambitionne principalement de faire passer la production céréalière de 2.700.000 tonnes à 3.000.000 tonnes au moins.

Bien entendu cela va sans dire qu'une telle ambition a un coût et le Président de la République avec sa clairvoyance habituelle n'a pas hésité à valider notre budget de 60 milliards de franc Cfa, soit une augmentation 20 milliards de francs Cfa en valeur absolue et de 50% en valeur relative, comparée au budget de la campagne précédente.

Cette hausse considérable et exceptionnelle nous a permis d'augmenter les semences de riz, de maïs et de mil, mais surtout d'augmenter substantiellement les engrais toutes formules confondues. Par ailleurs, cela a permit surtout de rendre les intrants plus accessible car nous avons pu augmenter en moyenne de 10% les subventions, ce qui, comparer à l'année dernière, correspond à plus de 5 milliards de francs Cfa d'économie pour les producteurs.

Comme vous l'avez dit, je viens de sillonner 19 départements de 7 régions du Sud, de l'Est et du Centre-Ouest du Sénégal. Il faut dire je sacrifie à ces tournées depuis 8 ans maintenant, car j'ai été Directeur général de la Sodagri pendant 6 ans. Je dois à la vérité de dire que ce que j'ai vu cette année est inédit. En effet, si on prend en compte la pluviométrie, nous avons eu un hivernage très humide avec une très bonne répartition des pluies dans le temps et dans l'espace. Notez bien que le 15 septembre 2020, nous avions des stations en Casamance qui faisaient un cumul de plus de 1 700 mm. Le plus impressionnant c'est qu'une station comme Linguère affichait à la même date plus de 700 mm. Il faut remonter sans doute à des décennies pour voir de tels chiffres. Cette année, s'il plaît à Dieu, nous allons récolter du riz de plateau à Dahra dans la région de Louga.

Cet hivernage généreux combiné à l'augmentation des intrants, mais, surtout la qualité de ces derniers et leur bonne mise en place, ont donné un résultat fantastique que j'ai pu constater sur place. Les plateaux et vallées offrent un beau spectacle qui fait souffler un vent d'espoir dans tout le monde rural.

D'après les données fournies par vos services sur le terrain, quelles sont les projections de récoltes ?

Pour rappel, lorsque le Président Macky Sall a consenti à augmenter notre budget, il avait fait un appel en particulier à l'endroit des jeunes pour un retour à la terre. Le moins que l'on puisse dire c'est que cet appel a été bien entendu. En effet, de nouveaux producteurs ont envahi les champs. Ce sont des fonctionnaires, des étudiants, des jeunes qui ont quitté les villes à cause de la pandémie, et même des Sénégalais de la diaspora qui ont choisi de venir cultiver le temps que leurs pays d'accueil sortent du confinement ou du spectre d'un reconfinement.

Ainsi les emblavures ont augmenté pour toutes les spéculations et vu le comportement des cultures pour toutes les raisons précitées, nous attendons des rendements exceptionnels, donc une production abondante.

Pensez-vous qu'avec les promesses de bonnes récoltes, le Sénégal a une chance d'éviter la récession en 2020 ?

Vous savez, la récession ne sera pas une honte en 2020 et pour aucun pays. Mais, après avoir tiré notre croissance lors du Pap1, je suis quasiment certain que notre agriculture se distinguera encore cette année en évitant à notre pays le scénario d'un pays en proie à la récession.

Le Président Macky Sall est annoncé, ce week-end, dans le Sine-Saloum pour une tournée économique qui le mènera à la rencontre des producteurs. Quels sont les enjeux de cette visite pour le monde agricole ?

Le Président Macky Sall, en bon chef de guerre, a hissé notre pays sur le podium des pays les plus résilients au monde face à cette ennemi invisible mais plus destructeur que beaucoup de guerres surtout sur le plan économique. Dieu a accompagné sa volonté de faire de l'agriculture un des remparts de notre économie. Aujourd'hui, il va lui-même se rendre compte de visu de la mise en œuvre de notre programme, mais surtout écouter ceux qui font battre le cœur de notre économie et qui se sentent si loin des centres de décisions, je veux nommer les ruraux. De ce genre de dialogue sortent les ajustements les plus appropriés pour un plan d'action comme le Pap2.

Quelles sont les dispositions prises par le gouvernement pour un bon déroulement de la campagne de commercialisation arachidière ?

Justement hier (ndlr : mercredi) en Conseil des ministres, le Président nous a instruits, ma collègue du Commerce et moi, de nous atteler à la préparation de la prochaine campagne de commercialisation des produits agricoles. Nous allons bien entendu mettre en œuvre cette instruction dès demain (ndlr : aujourd'hui).

Lors de la campagne 2019-2020, la Sonacos a eu des difficultés pour s'approvisionner en graines, les paysans préférant, naturellement, vendre leurs productions au plus offrant. Quel mécanisme prévoyez-vous cette année pour garantir à la Sonacos un approvisionnement correct pour faire tourner ses usines ?

L'année dernière le gouvernement avait décidé de ne pas renouveler la convention sur la commercialisation de l'arachide qui le liait avec les huiliers depuis 2014. Ce changement doublé d'un dynamisme sans précédent des exportateurs avait peut-être perturbé les plans de la Sonacos. Cette année, après évaluation de la précédente campagne et la production d'arachide attendue, les choses devraient nettement s'améliorer pour elle.

Quelle place sera réservée à l'agriculture dans le Pap2 revu et accéléré ? Pouvez-vous nous préciser le montant des investissements prévus et les projets phares ?

Une place de choix, car le Président nous a instruits de tout mettre en œuvre pour qu'avant la fin du Pap2 ajusté et accéléré, le Sénégal gagne, enfin, la bataille de la souveraineté alimentaire.

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.