Madagascar: Coronavirus - Relâchement des gestes barrières à Madagascar

Les gestes barrières sont de moins en moins respectées par les habitants de l'île notamment dans la capitale malgache, Antananarivo. Depuis l'annonce du déconfinement et la reprise progressive des activités quotidiennes, les Tananariviens semblent avoir baissé leur vigilance face à la pandémie de coronavirus.

Dans le quartier de Fort-Voyron, sur les hauteurs d'Antananarivo, ils sont un groupe d'une dizaine de jeunes à discuter. Le port du masque et la distanciation sociale ont été oubliés. Parmi eux, Fenitra, étudiant : « On sait que l'on devrait être plus loin les uns des autres, mais vous voyez ce qu'on fait, on reste côte à côte quand on parle pour éviter les postillons. Je porte mon masque parfois, mais plus autant qu'avant parce que le nombre de cas de Covid-19 a baissé. »

Beaucoup de laisser-aller

À quelques kilomètres de là, en plein cœur de la capitale, Vola patiente pour prendre le taxi-be, minibus qui assure les transports en commun. Pour éviter les contaminations, le nombre de passagers y est limité à 18. « Dans le bus, les mesures ne sont pas respectées parce que les receveurs sont pressés d'avoir leur argent. Et les gens sont aussi pressés de monter et se collent les uns aux autres. J'ai peur, mais moins qu'avant, ajoute Vola. On vit avec le coronavirus. »

Nandrianina, vendeur de t-shirts au marché d'Analakely, a lui aussi laissé tomber son masque, et ce, malgré le va-et-vient des clients sur son stand : « On ne peut pas demander aux gens de respecter les mesures sur le marché parce qu'il y en a qui mettent leur masque, d'autres non. Certains le mettent juste sous le menton. Impossible de respecter la distance d'un mètre. C'est chacun pour soi ici. »

►À lire aussi : Madagascar: des aides pour soutenir les populations affaiblies par la crise du Covid

Face à ce laisser-aller, les autorités tentent de rappeler les habitants à l'ordre. « De manière générale, nous avons constaté qu'il y a un relâchement des gestes barrières, notamment en ce qui concerne le port du masque, parce que les gens pensent que la pandémie est déjà passée. Je tiens à réitérer à l'endroit des habitants d'Antananarivo que le virus circule encore jusqu'à présent et la guerre contre le Covid-19 est loin d'être terminée », explique le préfet de la capitale, Angelo Ravelonarivo. Le non-respect du port du masque est sanctionné par un travail d'intérêt général, précise-t-il.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.