Congo-Brazzaville: Consultations ministérielles - Le Congo et la RCA renforcent leurs axes de coopération

La quatrième session de la Commission technique mixte en matière de frontière entre le Congo et la République centrafricaine s'est tenue le 18 septembre, à Brazzaville. Les délégations ministérielles des deux pays ont été conduites respectivement par le ministre des Affaires étrangères Jean-Claude Gakosso, et son homologue de la Centrafrique, Sylvie Baïpo Temon.

Les consultations qui se sont déroulées en présence du ministre de l'Intérieur et de la Décentralisation, Raymond Zéphirin Mboulou, ont porté sur la coopération dans les secteurs d'hydrocarbure, des mines et de la géologie, des eaux et forêts, chasse et pêche, de l'urbanisme, de la ville et de l'habitat.

A l'issue des réunions de travail sectorielles, les participants ont convenu, en ce qui concerne les secteurs du pétrole, des mines, et de la géologie, d'instaurer un nouveau cadre de coopération incluant les hydrocarbures, et de désigner les membres du comité technique de suivi du protocole d'accord dans le domaine minier.

S'agissant des secteurs des eaux et forêts, chasse et pêche, les deux parties se sont accordées pour mettre en place un accord cadre sur l'échange d'expérience en matière d'afforestation, de reboisement, d'échange de matériel végétal performant, de gestion durable des forêts, de valorisation des produits forestiers non ligneux (PFNL), y compris le commerce transfrontalier etc.

Pour ce qui est du domaine de l'urbanisme, de la ville et de l'habitat, les délégations du Congo et de la RCA vont définir un cadre juridique de coopération dans le domaine de l'aménagement du territoire, du développement urbain, du système cadastral, des outils de planification et de l'harmonisation des textes.

Plusieurs sujets d'ordre régional et international ont été également évoqués. Au plan de la sous-région, les deux parties se sont félicitées de l'aboutissement du processus de réforme institutionnelle de la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEEAC). Elles ont salué, à cet égard, l'entrée en fonction de la nouvelle commission.

En ce qui concerne l'Union africaine, le Congo et la RCA ont exprimé leur satisfaction pour l'entrée en vigueur de l'accord sur la création de la Zone de libre-échange africaine (ZELCAF), qui facilitera à terme, les investissements et le commerce sur le continent.

Dans le domaine de la santé, notamment la lutte contre la pandémie de coronavirus, ils se sont félicités des mesures qui ont été prises, respectivement par les deux pays pour limiter la propagation du virus et le nombre de décès. Sur ce, les participants ont souligné la nécessité d'un futur vaccin contre la Covid-19, qui demeure, selon eux, « un bien commun de l'humanité ».

Au sujet des différentes crises à travers le monde, les deux délégations ont souligné l'importance de la paix et de la sécurité « pour le développement et la prospérité des nations », et appelé la communauté internationale à s'y investir pleinement pour trouver des solutions.

Concernant les prochaines élections en Centrafrique, la délégation congolaise a été informée de l'évolution du processus électoral et de l'engagement du gouvernement centrafricain à « conduire ce processus à son terme, avec le concours des acteurs nationaux et des partenaires internationaux, dans le cadre fixé par la loi ».

Vers la création d'un mécanisme de gouvernance territoriale

Dans son discours, la ministre des Affaires étrangères et des centrafricains de l'étranger, Sylvie Baïpo Temon, a rappelé que le programme frontière de l'Union africaine engage les pays membres à procéder à la démarcation et à la délimitation de leurs frontières communes. « C'est dans ce contexte que les deux gouvernements se sont lancés dans ce processus, dans le but de créer les conditions d'un renforcement de confiance réciproque fondée sur les limites frontalières plus sûres, gage de sécurité et de stabilité », a-t-elle ajouté.

Il ne s'agit nullement, selon elle, d'ériger un mur de séparation entre le Congo et la RCA, mais plutôt de parvenir à créer « un mécanisme commun de gouvernance territoriale préventive des problèmes sécuritaires transfrontaliers ».

En outre, Sylvie Baïpo Temon espère que son pays et le Congo parviendront à rentabiliser leurs frontières terrestres et fluviales, à travers des programmes de développement mettant en valeur ce que les deux pays ont en partage de patrimoine culturel et des ressources naturelles.

Elle a, en outre, réitéré le soutien du gouvernement centrafricain au « grand projet de développement » porté par le chef de l'Etat congolais, Denis Sassou N'Guesso, à travers la création du Fonds Bleu pour le Bassin du Congo. Par ailleurs, son pays entend faire de l'axe Bangui-Brazzaville-Pointe-Noire, « la deuxième façade maritime de la République centrafricaine ».

Pour sa part, le ministre congolais des Affaires étrangères, de la Coopération et des Congolais de l'étranger, Jean-Claude Gakosso, a rappelé l'objectif de la rencontre de Brazzaville qui, selon lui, s'inscrit « dans le prolongement de celle de Bangui tenue en juillet dernier sur la question des frontières », au cours de laquelle les ministres congolais de l'Intérieur et de la Défense avaient pris part. Les deux parties étaient parvenues, a-t-il souligné, « à des résultats fructueux, et convenus de la présente réunion pour approfondir les questions entamées ».

Avant de s'envoler pour Bangui, les quatre ministres centrafricains ont rencontré le Premier ministre, Clément Mouamba, pour lui rendre compte du déroulement des consultations ministérielles.

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.