Cote d'Ivoire: Grand-Bassam - Cérémonie d'excellence / Ezaley livre des secrets de la réussite aux élèves et étudiants

La mythique Place de l'Abissa, au quartier France à Grand-Bassam, a abrité, dimanche 13 septembre 2020, une importante cérémonie de célébration de l'excellence. C'était en présence des notabilités Fanti et N'zima.

Le parrain Georges Philippe Ezaley a remercié les têtes couronnées qui accompagnent ainsi les élèves et étudiants en général et ceux qui ont été honorés. « Chers parents, soyez fiers de vos enfants. Il faut vraiment les aider, il faut apprécier le travail qu'ils font. Parce qu'ils n'étaient pas obligés de faire ce qu'ils font. Il y a beaucoup qui ont fait des études, ici, qui sont partis et on ne les a jamais revus, mais eux, ils sont là pour essayer d'encadrer leurs jeunes frères, aider les mamans, les papas. Je crois que c'est important et je veux qu'on les applaudisse très fort.

Bravo, je suis très fier de vous » a ajouté Ezaley. Celui qui a remis des lots aux meilleurs élèves et aidé des familles à travers des enveloppes symboliques en cette rentrée des classes, chose qu'il a entreprise depuis longtemps, année après année, comme l'ont reconnu les élèves et étudiants, a encore salué l'acte des jeunes et de leur président Kouassi Alfred. « Les associations, ça naît et ça meurt, mais vous constatez que celle-là continue d'exister depuis. Ça veut dire qu'on a des jeunes qui veulent aider au développement de leur quartier.

Je suis donc très fier de vous et vous pouvez continuer de compter sur moi ». Pour lui, « C'est important. cérémonie, ce n'est pas tant ce qu'on donne aux gens, c'est le symbole de récompenser ceux qui ont bien travaillé. C'est le symbole de récompenser l'excellence. Parce que quand quelqu'un est bon, on le montre pour que les autres prennent exemple sur lui. Quand quelqu'un a 14 de moyenne, 15 de moyenne et qu'il est célébré, ça peut stimuler ceux qui n'ont pas travaillé.

C'est donc important de célébrer l'excellence ». Le parrain qui a décidé, cette année encore d'offrir des tablettes aux trois premiers au Bac, n'a pas manqué de prodiguer de sages conseils à ses filleuls : « Il ne faut jamais renier ses origines, il ne faut jamais oublier d'où on vient. Jamais. Il faut toujours se souvenir d'où on vient surtout quand on a servi des gens. Il faut les aider. Ça s'adresse à tout le monde. Prenez l'école au sérieux, car c'est ce qui va vous permettre, demain, de parler devant les gens. Ayez des valeurs d'intégrité, de sérieux, de dignité, ne soyez pas faux, menteurs. Cultivez des valeurs d'excellence qui, demain, peuvent vous permettre d'aller très loin.

L'éducation, le respect de sa communauté d'origine et les valeurs pourront faire de vous, demain, de grands hommes et de grandes femmes de notre pays. Et vous allez faire honneur à Grand Bassam, au quartier France. Je suis encore prêt à vous accompagner parce que l'argent ne vaut que par l'usage qu'on en fait. Si on a l'argent et qu'on ne l'utilise pas comme il faut, ça ne veut rien dire. L'argent, c'est important, mais il faut être charitable et aider. C'est une des valeurs aussi que vous devez avoir parce que quand on donne, on reçoit forcément. Mon rôle, c'est de vous aider dans la vie ».

Plus de: Le Nouveau Réveil

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.