Angola: Le pays s'attend à économiser six milliards USD en négociations de dette

Luanda — L'Angola espère économiser 6 milliards de dollars d'ici juin 2023 dans les négociations sur la dette publique avec les créanciers à l'intérieur et à l'extérieur du G20, a déclaré vendredi la ministre des Finances, Vera Daves.

En juillet, la ministre a estimé que l'encours de la dette publique angolaise atteindrait des valeurs de l'ordre de 66 milliards de dollars d'ici la fin de 2020, avec un ratio du PIB supérieur à 100%. Ce vendredi, la gouvernante a signalé un stock de la dette d'environ 123% du PIB d'ici la fin de l'année.

Vera Daves, qui s'exprimait lors d'une conférence de presse dirigée par le ministre d'État et de la Coordination économique, Manuel Júnior, a reconnu la solidarité des partenaires multilatéraux et bilatéraux qui, observant la pression et les conséquences de la pandémie sur l'économie angolaise, ont accepté de négocier un processus de reformulation de la dette, ce qui permettra au pays d'économiser 6 milliards de dollars d'ici 2023.

«Avec ces économies, ils espèrent non seulement continuer à honorer le service de la dette, mais aussi avoir cette aide ici pour des mesures de prévention et de lutte contre le covid-19 et pour permettre à l'État d'être mieux placé pour continuer à financer des projets d'inclusion sociale et économique », a indiqué la ministre des Finances.

Bien qu'il y ait cette solidarité des créanciers pour renégocier la dette publique, la gouvernante a dit qu'il ne fallait pas être «enthousiaste ou euphorique», mais continuer avec l'engagement d'assainissement budgétaire, car la situation des comptes publics reste délicate. Elle a affirmé que l'engagement en faveur de l'assainissement budgétaire devrait être maintenu par l'élargissement de l'assiette fiscale afin d'avoir plus de recettes, par la qualité des dépenses et par l'endettement responsable pour réduire l'encours de la dette publique, qui devrait atteindre environ 123 % du PIB d'ici la fin de l'année.

Selon la ministre, la dette publique de l'Angola est soutenable, une déclaration déjà faite en décembre 2018 par la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagard, estimant, à l'époque, qu'elle s'élèverait à 70% du PIB.

«La dette publique de l'Angola est soutenable bien qu'elle reste soumise à de fortes pressions, a-t-elle affirmé, soulignant que les mesures d'assainissement budgétaire continueront d'être développées afin que la durabilité soit encore plus forte et que les signes de celle-ci apportent la tranquillité à moyen et long termes.

Concernant le moment difficile que traverse l'économie angolaise, Vera Daves a salué les efforts des familles et des entreprises, les considérant comme résilientes.

La conférence de presse, à laquelle ont participé le ministre de la Planification et de l'Économie, Sérgio Santos, et le gouverneur de la Banque nationale d'Angola (BNA), Massano Júnior, s'est tenue sur la voie de la troisième révision du Programme élargi de financement (FEP ) du FMI, qui a eu lieu mercredi dernier (16), à Luanda. La réunion gouvernement de l'Angola-FMI a culminé avec l'approbation (mercredi) de l'augmentation de l'aide financière à 4,5 milliards de dollars et le décaissement immédiat de 1 milliard de dollars.

L'Angola, pays membre du FMI depuis 1989, a bénéficié du premier financement de 1,4 milliard USD de cette institution Breton Wood en 2009, dans le cadre de l'accord «Stand By».

Le financement visait à remédier aux déséquilibres de la balance des paiements dus à la crise économique et financière qui a éclaté aux États-Unis en 2008. Chronologie du financement du FMI Le financement a démarré fin 2018. En décembre, l'Angola a reçu un milliard de dollars, avec une signature. Ensuite, il a reçu deux évaluations annuelles en 2019, avec 250 millions chacune. C'est ce que le pays a reçu jusqu'à présent sur le total de 3,7 milliards prévus. Aux 3,7 milliards, 765 millions supplémentaires ont été ajoutés en raison de l'impact du covid-19 sur l'économie nationale.

Dans la quatrième évaluation, le pays recevra 500 millions USD plus 265 millions USD sur le reste des 765 millions USD. Et donc cela se poursuivra jusqu'en décembre 2021 Autres créanciers de l'Angola Le plus grand créancier de l'Angola est la Chine avec un crédit de 20,1 millions.

Concernant le service de la dette avec la Chine, pour cette année 2020, évalué à 2,678 millions USD, les amortissements représentent 78,8%, soit 2103, tandis que les intérêts représentent 21,2% (567 millions).

Le service de la dette comprend également 55 millions de la Banque mondiale, 19 millions au FMI, 17 millions aux Pays-Bas, l'Allemagne (14 millions), l'Inde (7 millions), la France (4 millions), un autre bilatéral (10 millions) et un autre multilatéral (2 des millions).

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.