Angola: La Cour des comptes confirme l'audit de la gestion de BPC

Luanda — La Cour des comptes a admis, samedi, la tenue de l'audit de la gestion de la Banque d'épargne et de crédit (Banco de Poupança e Crédito - BPC, en portugais), mais a démenti que l'enquête soit déjà terminée.

S'adressant à ANGOP, le responsable de la communication et image de cette institution judiciaire, Gonçalo Leitão, a souligné que l'audit était "dans une phase contradictoire".

La Cour des comptes a réagi aux nouvelles diffusées sur les réseaux sociaux, selon lesquelles 12 anciens membres des conseils d'administration de BPC avaient été notifiés à restituer à l'Etat, des véhicules achetés avec des fonds publics.

Selon un rapport supposé de la Cour des comptes, mis en évidence dans ces nouvelles, «on estime que les dirigeants auraient dépensé environ 510 millions de kwanzas pour l'acquisition de véhicules Lexus LX 570 Sport, Ford Ranger Wildtrack et Toyota Land Cruiser, en à peine deux ans".

Dans les rapports, il est dit qu'au moment de "l'abattage" des véhicules, ils auraient réduit leurs valeurs à " 132 millions de kwanzas", soit quatre fois moins que le prix d'achat initial.

On estime ainsi qu'en deux ans, ces anciens cadres "ont causé une préjudice à la BPC de l'ordre de 378 millions de kwanzas".

Le consultant Gonçalo Leitão souligne que l'audit a été réalisé, mais afin d'éviter des jugements de valeur, sans que la chambre compétente n'ait approuvé et fixé son texte, la Cour des comptes décline toute responsabilité pour les informations publiées sur les réseaux sociaux.

BPC a vu ses actifs se détériorer au cours des sept dernières années, avec des pertes cumulées, jusqu'en décembre 2019, de 404,7 milliards de kwanzas (monnaie angolaise).

Dans une phase de restructuration et de recapitalisation, la banque publique, dont l'actionnaire est l'État, a été contrainte de fermer, dans une première phase, 53 succursales, ce qui a entraîné le licenciement de 156 travailleurs, sur les 1600 estimés, à travers le pays.

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.