Angola: Le pays doit 20,1 milliards à la République populaire de Chine

Luanda — La valeur réelle de la dette de l'Angola à l'égard de la République populaire de Chine est de 20,1 milliards de dollars US, et Beijing étant le plus grand créancier de Luanda.

Selon la ministre angolaise des Finances, 10.000 milliards de dollars ont servi à capitaliser la Société Nationale des Hydrocarbures (Sonangol), et les restes, 10,1 milliards de dollars à financer divers projets d'investissement.

Vera Daves, qui tenait une conférence de presse vendredi à Luanda, a dit que l'assistance financière de la Chine à l'Angola suscitait beaucoup de polémique sur la qualité des travaux que les entrepreneurs chinois exécutent sur le terrain.

La qualité des travaux ne dépend pas du créancier, mais plutôt de l'Etat angolais et des entrepreneurs qui doivent les superviser, a-t-elle expliqué.

Selon la ministre, lors de l'acte de paiement, la banque qui finance le projet se limite à voir les factures qui lui sont soumises après l'exécution des travaux. La facture est liquidée sur place en Chine. Cet argent ne circule donc pas dans l'économie angolaise, a-t-elle précisé.

"Il y a toujours un débat houleux autour des livraisons et de la qualité des travaux. Ceci ne dépend pas du créancier, mais plutôt des rapports entre l'Etat angolais et les entrepreneurs", a ajouté la ministre, soulignant que l'entité bancaire qui finance les projets regarde les factures et pas les murs.

Quant au service de la dette vis-à-vis de la Chine, relatif à l'année 2020, et estimée à 2,678 milliards de dollars US, les amortissements oscillent autour de 78,8 pourcent, et les taux d'intérêt à 21,2 pourcent, soit 567 millions, a-t-elle expliqué.

La dette à l'égard de la géante asiatique est commerciale, et est payée dans un délai de huit (8) ans, contrairement à la dette du Fonds monétaire international (FM), qui permet de négocier le taux d'intérêt et le délai du remboursement, a souligné la ministre des Finances.

Pour sa part, parlant du paiement de la dette publique, estimée à 90 % du PIB et à 60 % du Budget général de l'Etat 2020 (13,5 billions), soit cinq milliards de dollars US, l'analyste de l'Agence de compte Fitch, Valter Pacheco a souligné qu'il faudrait au moins 29 ans à l'Angola pour se débarrasser de cette dette, à condition, bien attendu, que le pays ne contracte pas d'autres dettes.

"Nous allons continuer à nous endetter, mais de manière plus productive et responsable. L'Angola doit chercher à se financer, mais avec des taux d'intérêt plus bas et avec des délais plus longs", a ajouté l'analyste.

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.