Angola: Les comptes publics s'équilibreront à moyen terme - Manuel Nunes Júnior

Luanda — Le ministre d'État à la Coordination économique, Manuel Nunes Júnior, a déclaré vendredi qu'il existe des conditions objectives qui conduiront à l'équilibre, à moyen terme, des comptes publics du pays.

"Il y a des raisons de mener à bien la mission complexe et historique, pour changer définitivement la structure économique actuelle de l'Angola", a ajouté Manuel Júnior lors d'une conférence de presse de l'équipe économique du gouvernement.

Le dirigeant a déclaré que l'exécutif angolais mettait en œuvre, depuis 2018, un programme basé sur la création d'un «véritable État de droit» et la nécessité «d'établir en Angola une économie de marché dynamique et efficace».

Concernant le premier pilier, il a expliqué qu'un pays dont le droit ne s'applique pas à tous les citoyens ne crée jamais les conditions nécessaires au développement et à la prospérité.

"Sans l'Etat de droit, les opportunités ne sont pas les mêmes pour tout le monde et il n'y a jamais de climat de sécurité nécessaire pour attirer les investisseurs nationaux et étrangers", a souligné le dirigeant.

Il a souligné que la confiance dans les institutions était un facteur essentiel pour le fonctionnement des économies modernes. «Là où il n'y a pas de confiance dans les institutions, il n'y a pas d'investissement à des niveaux adéquats», a-t-il précisé.

Quant à la lutte contre la corruption et l'impunité, il a déclaré qu'il s'agissait d'éléments fondamentaux pour l'instauration d'un nouveau paradigme de gouvernance en Angola, et des mesures importantes ont été prises dans ce sens au cours des trois dernières années.

En ce qui concerne le deuxième pilier du programme, lié aux finances publiques, il a indiqué que des mesures importantes liées à l'assainissement budgétaire avaient été prises, ce qui a permis d'atteindre un excédent en 2018-2019, le premier après la crise qui a débuté en 2014.

Pour une économie comme l'économie angolaise qui n'a pas progressé depuis 2016, a renchéri le ministre d'État, des déficits systématiques peuvent conduire à une trajectoire de la dette publique insoutenable, il est donc important de maintenir l'équilibre des comptes internes.

D'autre part, a-t-il poursuivi, le compte courant de la balance des paiements était déficitaire depuis 2014, il a commencé à avoir un excédent en 2018-2019 et les réserves internationales nettes ont augmenté en 2019, pour la première fois depuis 2013.

A cet égard, il a précisé que le marché des changes avait subi un ajustement, avec l'introduction d'un régime de taux de change flottant et avec cette mesure, la valeur de la monnaie nationale, le kwanza (Kz), est plus conforme aux conditions du marché.

Il a évoqué la réduction de la dépendance du secteur pétrolier, l'investissement dans la production nationale (secteur non pétrolier), le programme de substitution des importations et de promotion des exportations (Prodesi), comme des efforts déployés pour restaurer les déséquilibres internes et externes de l'économie.

De même, il a indiqué le soutien technique et financier du FMI et les négociations de l'exécutif angolais avec ses partenaires, en vue d'alléger la dette, comme des aspects qui ont apporté des résultats positifs à l'économie.

La conférence de presse s'est tenue à l'issue de la rencontre que le gouvernement angolais a eue avec le FMI et qui a abouti à l'approbation de plus d'un milliard de dollars, dans le cadre du programme d'appui technique et financier entre les parties depuis 2018.

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.