Congo-Kinshasa: Le registre d'Appareils mobiles est là !

La RDC s'engage dorénavant dans la droite ligne de la régulation de la téléphonie mobile. C'est ce jeudi 24 septembre que débutera l'opération d'identification automatique de tous les téléphones en service sur le territoire national.

C'est le Registre central d'identification des équipements (CEIR), appelée Registre des Appareils Mobiles (RAM) en RDC, structure habilitée à mener cette réforme et à mettre de l'ordre dans le secteur. RAM assurera désormais la protection des citoyens contre les abus (vols) et la contrefaction des téléphones. Le projet RAM est tout un programme, grouillant des projets vastes et ambitieux pour la RDC.

RAM est donc le Registre des appareils mobiles de la RDC, constitué de tous les IMEIs des téléphones opérationnels en RDC. Le gouvernement a décidé de le mettre en place pour lutter contre la contrefaçon qui occasionne, par ricochet, le vol des données et le vol des appareils mobiles. A travers le projet RAM, le Gouvernement a trouvé un moyen efficace de protéger la santé des citoyens des effets nocifs des appareils contrefaits. Ces téléphones, à part le fait qu'ils sont non conformes aux normes internationales, accusent d'ailleurs des pertes de capacité au niveau des appels, de vitesse de transmission des données et de qualité de la couverture. L'élimination des téléphones contrefaits va contribuer à l'amélioration de la qualité de communication sur les réseaux de téléphonie mobile opérant dans notre pays. Il faut également relever que les téléphones contrefaits ont un impact sur l'économie (perte de recettes fiscales et douanières due à la fraude).

Plusieurs pays ont décrété le bannissement des téléphones contrefaits depuis 2018, alors que la RDC est restée à la traine. Le gouvernement, soucieux de la santé et de la sécurité des données des citoyens, a changé de fusil d'épaule. A compter de septembre 2022, plus aucun téléphone contrefait ne sera opérationnel au pays.

Que comprendre de RAM ?

RAM vise 5 objectifs suivants : Bloquer tout appareil mobile volé et décourager le vol d'appareil, limiter le marché des appareils mobiles contrefaits (dont les IMEIs ne sont pas conformes ou sont doublés), préserver la santé et les intérêts des utilisateurs et contribuer à l'amélioration de la qualité du service des réseaux de téléphonie mobile opérant dans notre pays. RAM offre une solution efficace pour lutter contre le vol de téléphone et la contrefaçon des appareils mobiles, deux fléaux omniprésents en RDC que l'Etat est déterminé à juguler. RAM permettra à la RDC de valider la conformité des appareils mobiles aux normes définies par GSMA sur base de l'IMEI. RAM vérifiera le statut de tout appareil et chacun peut le faire sur le site de RAM (www.ram.cd). Cela est possible même à l'achat de tout téléphone.

Le système d'enregistrement des appareils mobiles sera implémenté par l'Autorité de régulation de la Poste et de télécommunication (ARPTC) qui est le régulateur du secteur des télécommunications en RDC. A partir du 24 septembre 2022, aucun téléphone contrefait ne sera opérationnel en RDC.

Des innovations pour la population

Pour s'en convaincre, la connexion des universités aux Hotspots (Campus numériques) comme hub d'innovation sera bientôt opérationnelle. C'est une première en RDC. Grâce aux prélèvements issus du RAM, l'ARPTC s'élance déjà dans la numérisation de plusieurs projets dans le but de connecter les universités de la RDC à travers un service wifi gratuit haut débit, de moderniser l'infrastructure et l'inter-connectivité des institutions publiques pour permettre le développement digital de services publics et faciliter la vie des Congolais. Des étudiants sont unanimes pour saluer cette belle initiative : "Je crois qu'il faudrait reconnaître la portée salutaire d'une telle mesure parce que nous sommes, sur les sites universitaires et qui dit université dit de la recherche. Pour ce faire, il faut avoir accès à la documentation.

Et on connaît les contraintes liées aux infrastructures dans notre pays. L'Internet, c'est la dématérialisation, c'est la bibliothèque virtuelle, c'est la base même du savoir universel réuni dans un seul support qui est dématérialisé. Donc, mettre le wifi permet aux étudiants d'accéder aux sources de connaissances. Pour l'étudiant surtout mais aussi, pour le professeur, le chercheur, le politologue, l'assistant. C'est du pain béni".

C'est un volet de l'implémentation du Plan numérique national cher au Chef de l'Etat dans son volet infrastructure et éducation. Dans sa démarche continuelle de développement numérique, il se réalisera dans une première phase à l'Université de Kinshasa, à l'Université de Lubumbashi ainsi qu'à l'Université de Kisangani. Pour les autres, ultérieurement, au fur et à mesure 6 universités par an. Il se réalisera également dans 400 bureaux de poste. D'ici la fin de l'année en cours, la première phase sera achevée. La deuxième phase se poursuivra graduellement avec 6 autres universités. La Jeune génération est le futur du Congo et le gouvernement met ce groupe au centre de ses projets.

Le e-Service pour une gouvernance plus souple

Gouvernance inclusive, implémentation simple et rapide, haute efficacité opérationnelle, niveau élevé de confiance, de transparence, de rapidité et de commodité... fini les files devant le bureau de l'Etat-civil ou autre service de l'Etat. Aujourd'hui, le e-Services est très avancé dans le monde et il se prépare dans les pays en développement.

Le e-Service est un élément clé qui facilitera également le contact avec ces services. L'objectif est d'aller vers une gouvernance plus souple avec gain dans l'économie et le temps en utilisant les technologies modernes.

La RDC veut rattraper son retard dans le secteur et s'investit pour y arriver de la belle manière que possible sans casse et surtout en cheminant avec tout son peuple.

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.