Congo-Kinshasa: Ogefrem - Patient Sayiba libéré

La chronique judiciaire du DG de l'OGEFREM n'en a pas fini avec des surprises et des rebondissements inattendus. En effet, c'est depuis la période du confinement que le DG de l'OGEFREM joue au cache-cache avec la Cour de cassation qui avait demandé qu'il comparaisse devant elle. Le Dg avait bien sûr ignoré ce mandat de comparution et le deuxième qui s'en était suivi. C'est ainsi que le Parquet finit par émettre un mandat d'amener à son endroit le 16 avril 2020.

Là, le DG sentit que l'allure que prenaient les évènements sentait le roussi. Il choisit de disparaître de la circulation. Il n'était plus visible ni à son bureau, ni en circulation et malgré cela, il continuait d'administrer l'entreprise de loin. Le prétexte était inattaquable. Tout le monde était supposé rester chez soi à cause de la pandémie.

Aux dernières nouvelles, c'est le 14 septembre 2020 que le chef de l'OGEFREM a fini par être embarqué pour comparaître devant la justice.

Il n'aura pas passé beaucoup de temps en prison, parce que les sources proches de la prison de Makala signalent qu'il n'auraient passé que quelques jours au noir. Malgré le fait qu'il ait filé entre les doigts de la justice depuis si longtemps et qu'il ait ignoré ses mandats de comparution, le Dg aurait bénéficié d'une libération conditionnelle très facilement le 17 septembre 2020 alors que d'autres détenus ayant encouru l'arrestation dans les mêmes conditions que lui la recherche avec assiduité sans la trouver.

Il est revenu à l'attention des observateurs de la chose publique dernièrement que le même DG de l'OGEFREM avait procédé à une mise en place que le Président de la République par une demande au Conseil de Ministre a fait surseoir.

Est-ce qu'il y a d'autres griefs à l'encontre du DG qui obligent la justice à manifester une certaine mansuétude à son égard au vu de son ancrage dans le FCC qui serait suffisamment puissant pour justifier que ce soit le Conseil de Ministre qui puisse le plier ?

Plus d'un auraient parié que son séjour en prison serait durable au vu de ce qui précède. Mais les sources judiciaires nous informent qu'il aurait promis de coopérer et de faciliter les enquêtes de la justice. C'est-ce qui lui vaut cette mansuétude de la justice qui se borne désormais de le surveiller à distance afin qu'il ne prenne pas le large.

Ceux qui étaient partis l'accueillir à sa sortie de la prison ont senti que sa confiance en soi a subi un coup et qu'il est devenu plus conciliant au lieu d'afficher le même état d'esprit qui l'a caractérisé durant toute l'année passée où il n'a pas souscrit à toutes les injonctions lui adressées par sa hiérarchie.

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.