Afrique: Coronavirus - L'OMS Afrique souhaite évaluer l'efficacité des remèdes à base de plantes

Des plants d'artemisia (Illustration)

Face au nombre de remèdes traditionnels qui ont vu le jour sur le continent africain pour traiter le Covid-19, l'OMS Afrique et l'Africa CDC (Centre de prévention et de contrôle des maladies de l'Union Africaine) lancent un protocole scientifique pour évaluer rigoureusement l'efficacité de ces traitements à base de plantes contre le coronavirus.

Il y a eu le Covid-Organics, une tisane à base d'artemisia à Madagascar, les margousiers en Côte d'Ivoire ou encore le « kongo bololo » en République démocratique du Congo (RDC), aussi appelée Ndolé au Cameroun et au Gabon : les remèdes traditionnels ont foisonné depuis le début de la pandémie de Covid-19 sur le continent africain.

Mais l'efficacité et l'innocuité de ces remèdes font toujours polémique. « Depuis le début de la pandémie, il y a eu par-ci par-là des propositions qui ont été faites pour utiliser la médecine traditionnelle pour traiter les patients (contre le Covid-19). Dans certains pays on est même allé jusqu'à tester l'efficacité de ces produits. Cela a créé beaucoup de polémique tant sur le continent qu'en-dehors, pour arrêter tout cela », explique Jean-Baptiste Nikiema, en charge des médicaments jugés essentiels à l'OMS Afrique.

« La porte n'est pas fermée »

L'OMS et le Centre de prévention et de contrôle des maladies de l'Union africaine, l'Africa CDC, mettent donc en place un protocole scientifique pour réaliser des essais cliniques de ces médicaments à base de plantes pour lutter contre le coronavirus. « Il était du devoir de l'OMS d'apporter son expertise pour élever le niveau des essais et faire en sorte que le résultat à la fin soit incontestable », détaille-t-il.

Il s'agit d'une véritable feuille de route pour mener des essais cliniques éthiques, rigoureux et prouver ou non l'efficacité de la médecine traditionnelle contre le Covid-19. « La porte n'est pas fermée car il y a eu d'autres maladies où la médecine traditionnelle a largement contribué (à la lutte contre les maladies) sur le continent donc pourquoi pas dans le cas du Covid-19 », conclut Jean-Baptiste Nikiema avant d'ajouter que pour cela, « il faut des démarches scientifiques rigoureuses qui respectent certains standards ».

A La Une: Coronavirus

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.