Sénégal: Festival "Clap Ivoire" 2020 - Le Sénégalais Mamadou Diop remporte le Prix de la meilleure fiction

Dakar — Le jury de la 20e édition du festival international "Clap Ivoire" d'Abidjan a décerné le Prix de la meilleure fiction au réalisateur sénégalais Mamadou Diop pour son film "Palanteer M'bedd", a déclaré la direction de la cinématographie du Sénégal dans un communiqué.

"'Palanteer M'bedd' du réalisateur sénégalais Mamadou Diop a reçu le Prix de la meilleure fiction au 'Clap Ivoire 2020' d'Abidjan, en Côte d'Ivoire", lit-on dans le texte reçu dimanche à l'APS.

Selon la même source, la distinction décernée à Diop est dotée de 500.000 francs CFA.

La 20e édition de ce festival international s'est déroulé en ligne, via les supports digitaux de l'Office national du cinéma de Côte d'Ivoire (ONACI -CI), du 16 au 18 septembre, en raison de la pandémie de coronavirus.

Dix-huit films étaient en compétition pour le Prix de la meilleure fiction. En faisait partie "La lutte sénégalaise, le business des muscles", de Babacar Gningue.

Dans un entretien téléphonique avec l'APS, dimanche soir, Mamadou Diop a dit être "content et fier" de représenter son pays à cette compétition des jeunes réalisateurs des pays membres de l'Union économique et monétaire ouest-africaine.

Le court-métrage "Palanteer M'bedd" est dédié, selon son réalisateur, à des artistes très connus, dont le peintre espagnol Pablo Picasso (1881-1973) et le réalisateur britannique Alfred Hitchcock (1899-1980). Il puise son inspiration du film "Fenêtre sur cour" (1954), de Hitchcock.

"Pour revenir aux sources, c'est un film fait pour rendre hommage à des artistes que j'admire beaucoup, Pablo Picasso et Alfred Hitchcock, en revisitant un peu les classiques dont le film 'Fenêtre sur cour"', souligne Mamadou Diop.

"Palanteer M'bedd" raconte la vie d'un peintre en manque d'inspiration, posant ainsi la réflexion sur les relations humaines et le rapport à l'autre, à la vie.

Selon le synopsis du film, le peintre Moussa déménage dans un nouveau quartier où, à peine arrivé, il est intrigué par le calme qui règne dans sa ruelle.

Il ne voit jamais ses voisins à l'exception d'une jeune fille qui habite en face de son lieu de résidence. Une fille qui pourrait bien être sa nouvelle muse.

"Le film pose la question de savoir comment on prend les choses dans la vie, souvent elles ne sont pas ce qu'elles donnent à voir d'elles-mêmes. Les apparences, dit-on, sont souvent trompeuses, mais on peut toujours en rire si l'on prend cela du bon côté, ou en pleurer", explique Mamadou Diop.

"Palanteer M'bedd" invite à une réflexion sur la vie, sur la manière dont on doit voir les gens, la première impression n'étant pas toujours conforme à la réalité, ajoute Diop.

"Palanteer M'bedd", présenté pour la première fois en Afrique, avec le festival "Clap Ivoire", a déjà été distingué à l'étranger, à São Paulo (Brésil) par exemple, en mars dernier, avec deux prix : le Prix de la meilleure photographie, décerné à Nourou Sarr, le chef opérateur, et le prix du meilleur scénario, décerné à Mamadou Diop.

Diop avait déjà réalisé un premier court-métrage, "Aujourd'hui jour-J" (2013), présenté au Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou.

Voici le palmarès de la 20e édition du "Clap Ivoire" :

- Grand Prix Kodjo-Ebouclé : "Binan-Dahô, au pays des danses Lobis", de Jemima Kambou (Côte d'Ivoire)

- Meilleur film fiction : "Palanteer M'bedd", de Mamadou Diop (Sénégal)

- Meilleur film documentaire : "Les patrouilleurs", de Boubacar Djingarey Maïga (Niger)

- Prix du ministère de la Culture et de la Francophonie : "Orisha", d'Adje- Chabi Olayémi (Bénin).

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.