Burkina Faso: Boycott du Faso Foot - 7 cailloux dans les chaussettes de Banssé

20 Septembre 2020

La reprise du championnat national de football de première division, saison 2020-2021, prévue pour ce weekend, a été fortement perturbée.

Sept clubs ont, en effet, décidé de boycotter les matches pour, entre autres, réclamer la relecture du règlement du championnat et le versement de la subvention de 30 millions F CFA par équipe, promise par le nouveau président de la fédération lors de sa campagne.

La tension latente entre les acteurs du monde du football au Burkina Faso depuis quelques mois est apparue au grand jour le weekend du 18 au 20 septembre 2020, à la faveur de la reprise du championnat national de football de première division.

Six des neuf rencontres programmées pour la première journée de la saison 2020-2021, n'ont pu se jouer à cause d'un boycott de sept clubs de D1. Ceux-ci ne se sont pas présentés sur les terrains où ils devraient disputer leur rencontre.

Quelles en sont les raisons ? Petite piqûre de rappel. Dans une note adressée au président de la Fédération burkinabè de football (FBF), le 17 septembre 2020, à la veille de la reprise du championnat, huit clubs de D1 que sont Salitas FC, l'ASFA-Yennenga, l'EFO, KOZAF, Rahimo FC, l'ASFB, SC Majestic et les Léopards de Saint-Camille réclament à Lazare Banssé, la réponse d'une requête qu'ils lui ont transmise il y a de cela quelques jours.

En effet, son contenu comporte une revendication en quatre points. Ces formations exigent la communication aux clubs du montant de l'assurance et la délivrance d'une copie de la police d'assurance.

En plus, ces clubs réclament l'abandon des sanctions envers les équipes qui ne porteraient pas de maillots frappés des logos du sponsor de la FBF. Le troisième point du litige concerne la fixation du coût des réclamations au cours des matches.

Ces clubs revendiquent l'adoption de l'ancien forfait qui était de 25.000 F CFA et qui est passé à 50 000 F CFA depuis trois ans.

Enfin, ils exigent du nouveau président de tenir sa promesse lors de sa campagne, de doubler la subvention accordée aux clubs de D1, c'est-à-dire passer de 15 millions F CFA à 30 millions.

« Nous ne jouerons pas les matches du championnat sans la révision du règlement du championnat 2020-2021 et le versement de la subvention de 30 millions F CFA par club de D1 », ont-ils conclu. En tous les cas, ces clubs ont mis leur menace à exécution ce weekend.

Excepté les Léopards de Saint-Camille qui ont finalement disputé la rencontre d'ouverture de la saison, les sept autres formations signataires de la note du 17 septembre étaient aux abonnés absents sur les terrains où ils étaient attendus pour disputer la 1re journée du Faso foot. Selon le règlement, ils perdent leur match sur tapis vert.

Ce mouvement d'humeur n'a pas été du goût du président de la FBF, Lazare Banssé, qui est sorti de ses gonds à la mi-temps du match d'ouverture.

« Cette fois-ci, je vais parler comme il faut, parce que d'habitude, je suis très réservé. C'est une mauvaise querelle, si vous voulez, ce sont de mauvais perdants agglutinés autour de Amado Traoré »,

a-t-il d'emblée lâché, tout en précisant que son challenger à l'élection de la présidence de la FBF « se trompe de combat ».

A l'endroit des clubs qui ont boycotté la reprise du championnat, Lazare Banssé a précisé que le comité exécutif « appliquera le règlement dans toute sa rigueur ». « Vous avez des clubs qui veulent jouer.

Nous n'allons pas prendre en otage le championnat parce qu'il y a quelques clubs qui ne veulent pas jouer. Le règlement est connu, le club qui ne joue pas c'est le tapis vert. C'est la relégation après deux forfaits », a détaillé Lazare Banssé.

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.