Cote d'Ivoire: Grand-Bassam/Le ministre Gaoussou Touré - « Faire du producteur du riz, un opérateur économique à part entière »

En visite de travail le vendredi 18 septembre 2020 à Grand-Bassam, Gaoussou Touré, ministre de la promotion de la riziculture, a assuré que l'objectif de son département ministériel est de faire du producteur de riz en Côte d'Ivoire, un vrai opérateur.

« L'objectif de la stratégie est de faire en sorte que la Côte d'Ivoire soit autosuffisante en riz. Le point le plus important est de faire du producteur de riz, un opérateur économique à part entière. Un opérateur économique qui gère une affaire qui est sa plantation.

Et qui doit maintenant être rentable. Parce que, hier, la riziculture n'était pas considérée comme une activité économique rentable. Alors que c'est bien une activité économique rentable. Ce que nous allons faire, c'est d'organiser la filière pour que les problèmes des riziculteurs soient résolus », a-t-il indiqué.

À Grand-Bassam, le ministre de la promotion de la riziculture s'est rendu sur des parcelles rizicoles afin d'échanger avec les producteurs du département.

« Nous sommes dans cette rizière ce matin pour constater les réalités du terrain. Parce que, nous avons élaboré une stratégie de développement de la riziculture.

Nous savons aujourd'hui toutes les faiblesses du secteur. Mais il était important pour nous d'être sur le terrain ce jour pour, dans un premier temps, féliciter nos frères riziculteurs, mais ensuite leur dire que désormais, l'État sera là.

Aujourd'hui, ces riziculteurs viennent de me dire qu'ils ont 300 ha de rizière, la production est mûre, mais qu'il n'y a pas de moissonneuses-batteuses pour la récolte. Nous savons effectivement qu'il n'y a plus de moissonneuses-batteuses.

L'Etat a fait des efforts, il a acheté beaucoup de ces moissonneuses-batteuses, il n'y a pas une partie de la Côte d'Ivoire qui n'a pas reçu de matériels. Mais, vous pouvez faire le tour de la Côte d'Ivoire aujourd'hui, il n'y a plus aucun de tout ce matériel.

Nous allons donc changer de stratégie. Dans la nouvelle stratégie on ne parle plus de prendre des tracteurs pour donner aux paysans. Parce que cette stratégie n'a pas marché », a-t-il noté.

Il a expliqué la nouvelle stratégie mise en place pour permettre aux producteurs d'avoir ces machines pour leurs activités : « Nous avons donc divisé la Côte d'Ivoire en 20 pôles.

L'État va aider ces pôles à avoir tous les moyens afin de solutionner ces problèmes. À partir de ce moment, lorsque le riziculteur commence à semer, c'est qu'il a déjà tout le matériel disponible. Ce dispositif doit être opérationnel en 2021.

C'est aussi le secteur privé qui va faire l'irrigation. C'est par ces pôles que les engrais seront distribués aux producteurs qui, en conséquence, signeront de contrats de vente de leurs productions à ces opérateurs-là.

Quand l'État fait, personne ne prend soin de ce qui a été mis en place. Cela a été le cas des barrages d'irrigation que nous sommes aujourd'hui obligé de remettre en état.

Nous allons passer de la riziculture traditionnelle faite à la daba à la riziculture moderne qui, elle, sera rentable pour les producteurs ».

Bando Yacouba, riziculteur à Bassam : « Nous avions besoin de voir une personnalité de cette trempe pour partager nos difficultés »

Bando Yacouba, exploitant d'une parcelle de 24 ha sur un site de 300 ha, et dont la parcelle a été visitée par le ministre Gaoussou Touré, s'est félicité de cette visite. « Nous avons été surpris ce jour de recevoir la visite du ministre de la promotion du riz.

Je suis tellement heureux. Nous avions besoin de voir une personnalité de cette trempe sur notre site pour partager nos difficultés. Heureusement, c'est le ministre lui-même qui est là avec nous pour nous écouter. Nous disposons de 300 ha de terre cultivable.

Mais, faute de moyens mécaniques, nous n'avons cultivé que 24 ha. Voyez vous-même, toute la production a muri. Mais, nous n'avons pas de moissonneuses-batteuses pour faire la récolte. Nous sommes obligés de la faire à la main.

Nous avons aussi besoin de produits d'entretien pour la semence à venir. Si le secteur de la riziculture a le matériel qu'il faut, il peut faire travailler 80% de la jeunesse du pays. Le ministre a écouté nos préoccupations et a promis de les prendre en compte », s'est-il réjoui.

À son arrivée à Grand-Bassam, et avant de se rendre dans la rizière, le ministre Gaoussou Touré a fait le tour des autorités politiques, administratives, traditionnelles et religieuses de la ville , afin, selon lui, d'avoir leur bénédictions pour la réussite de sa mission dans le département.

Ainsi, après le vénérable Ollo Germain (sénateur de Grand-Bassam) et la Préfecture, il s'est rendu chez le roi Tanoé Désiré, roi de N'Zima, puis chez le roi Kangah Assoumou, roi de Moossou.

Il s'est également rendu, après la prière du vendredi à la grande mosquée, à la résidence de Feu le Cheick N'Diaye. À tous ces endroits, le ministre Gaoussou Touré a été couvert de bénédictions pour le succès de sa mission qui est de faire de la Côte d'Ivoire, un pays autosuffisant en riz.

Plus de: L'Intelligent d'Abidjan

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.