Madagascar: Environnement - L'exploitation des bois précieux reste interdite

L'exploitation des stocks de bois précieux, aussi bien leur utilisation que leur exportation, reste interdite.

La Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES) maintient l'embargo. Madagascar souhaite aller vers le plan d'utilisation, mais selon Baomiavotse Vahinala Raharinirina, ministre de l'Environnement et du développement durable, le secrétaire général de la CITES conditionne le business plan.

« Depuis 2013, nous tournons en rond sur cette gestion des bois précieux. Il faut que Madagascar éclaircisse sa position. Tant que Madagascar n'a pas réglé la gouvernance, tant qu'on n'a pas réglé les lois pour lutter contre les trafics et les fraudes, tant qu'on n'a pas mis en place un schéma clair sur le plan d'utilisation et le business plan, il ne peut pas y avoir un accord de la CITES ». C'est ce qui découle de la rencontre entre Baomiavotse Vahinala Raharinirina avec le secrétaire général de la CITES, récemment.

Dans son plan d'utilisation, le gouvernement prévoit la commercialisation locale de ces stocks de palissandre, de bois de rose et de bois d'ébène sur le marché local, et d'exporter le reste, à l'étranger.

Le département de Baomiavotse Vahinala Raharinirina travaillerait d'arrache-pied pour mettre en œuvre la campagne tolérance zéro dans l'exploitation des bois précieux. « Tant que le business plan exigé par la CITES n'est pas validé, ces bois précieux resteront à leur place. Ce sont les instructions du chef de l'État, Andry Rajoelina », rajoute-t-elle.

Madagascar a suspendu l'exploitation des bois précieux, en janvier 2019. Depuis, la CITES n'a enregistré aucun bois précieux, sortir de nos frontières, selon Baomiavotse Vahinala Raharinirina. Selon elle, en six mois, plusieurs personnes ont comparu devant le tribunal et quelques-unes ont été envoyées en prison, pour l'exploitation des bois précieux.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.