Madagascar: Séjour de rupture - L'Association Manda Spring dément

Mise en cause de façon indirecte dans l'article relatif à « Aide à l'enfance », l'association Manda Spring apporte un autre son de cloche et évoque une campagne mensongère et diffamatoire.

CIBLÉS par les manœuvres alléguant l'existence de débauches, abus sexuel sur des mineurs, fourniture d'alcool à ces enfants, détournement de deniers publics français et graves dysfonctionnements, le président de l'association Manda Spring en France et les responsables permanents dans la Grande île, ont donné leurs versions des faits, lors de notre entretien d'hier.

Pour eux, « il est totalement faux de diffuser publiquement des informations de la sorte, alors qu'à la base, aucune maltraitance ni violence n'a été commise. Une telle diffusion ternit ainsi, sur une plus grande échelle, les deux Associations de Madagascar car de tels actes demeurent contraires à leur mission qui est d'éduquer les jeunes en rupture de séjour et non pas, au grand jamais, de les maltraiter ».

Sur la base des documents officiels et authentiques présentés par les responsables locaux et en France de l'association Manda Spring, les affirmations rapportées s'avèrent complètement fausses.

En outre, des personnes parmi les auteurs de ces propos font l'objet de deux plaintes pénales par l'État français pour abus de confiance, l'une auprès de la Procureure de la République de TGI de Evry - Cour couronnes 91 .012 Evry Cedex, et la seconde auprès du Procureur de la République de TGI de Lyon.

Amalgame

Actuellement, ils sont également sous le coup de poursuites pénales judiciaires en France, pour escroquerie en bande organisée, détournement de fonds, faux et usage de faux, diffamation, falsification de documents, emplois fictifs et usurpation de titre », selon Manda Spring.

Cette association affirme « faire pleinement confiance en la justice malgache et celle française qui poursuivent à l'heure actuelle leurs investigations pour faire éclater la vérité. La protection de l'Enfance est un sujet trop grave pour tolérer un dénigrement de ce genre ».

« L'association MandaSpring rejette totalement l'amalgame et le discrédit consécutif à ces articles calomnieux et diffamatoires (pas d'abus sexuel, pas de fourniture de stupéfiants et d'alcool, pas de détournement de fonds) qui portent grandement atteinte à son intégrité et aux séjours de rupture », précise-t-elle. « L'association Manda - Spring peut se prévaloir, depuis dix années de présence à Madagascar, d'avoir permis la création de centaines d'emplois et la réalisation de nombreux ouvrages solidaires utiles pour la population de communautés villageoises. Elle s'est portée partie civile dans cette affaire et fera tout ce qui est nécessaire pour faire taire ces calomnies lancées sans fondement. Les vaines tentatives de ces personnes n'ont pour objectif que de détourner l'attention des charges lourdes qui pèsent sur eux », conclut-elle.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.