Mali: L'Union africaine se joint à la CEDEAO

Le Conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine s'est réuni, le 17 septembre, par visioconférence. Tout comme la CEDEAO, l'organisation maintient à son tour la pression sur le Mali pour une transition menée par des civils.

L'organisation intergouvernementale a soutenu l'appel de la CEDEAO qui pressait la junte militaire de nommer un président et un Premier ministre de transition civils.

La commission de l'Union africaine a également « salué » la décision des putschistes de libérer l'ancien président, l'ancien Premier ministre, Boubou Cissé, et « d'autres dignitaires ».

Sitôt, les dirigeants de la transition désignés, la CEDEAO s'est engagée à lever les sanctions imposées au pays, depuis le 20 août. Parmi celles-ci, l'arrêt des échanges financiers et commerciaux.

De nouvelles sanctions pourraient affaiblir encore ce pays, qui connaît actuellement une sévère crise économique et fait face à l'insécurité djihadiste, ainsi qu'à des violences intercommunautaires.

Le porte-parole du Conseil national pour le salut du peuple, Ismaël Wagué, a clairement fait part de la préférence de la junte qui souhaite une transition militaire. Il assure que la majorité des Maliens le désire aussi.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.