Afrique: NERC 35 - Débattent sur les solutions face à la Covid-19 et des meilleurs moyens de transformer les systèmes alimentaires

communiqué de presse

Muscat/Rome — Le Directeur Général de la FAO met l'accent sur le programme de réponse et de redressement face au COVID-19 et appelle à élaborer des politiques multisectorielles et à innover

La 35e Conférence régionale de la FAO pour le Proche-Orient et l'Afrique du Nord a débuté aujourd'hui avec, au centre des discussions, les thèmes de la transformation des systèmes alimentaires en vue d'atteindre les Objectifs de Développement Durable (ODD) et de faire face aux impacts de la pandémie du COVID-19.

La pandémie du COVID-19 "est avant tout une crise sanitaire, mais elle a affecté tous les aspects de notre vie, surtout la sécurité alimentaire et les revenus", a déclaré M. QU Dongyu, Directeur Général de la FAO.

Il a noté que la pandémie et les mesures pour l'endiguer posaient des défis importants, en particulier aux communautés les plus vulnérables, car elle aggrave les crises existantes telles que les conflits, les catastrophes naturelles, le changement climatique, les parasites et les fléaux.

"Cela souligne la nécessité d'une action politique et d'investissements coordonnés, fondés sur des données probantes, pour rendre les systèmes alimentaires plus sains et plus durables", a ajouté M. QU Dongyu.

Le président de la Conférence Régionale, Son Excellence M. Saoud Bin Hamoud AlHabsi, ministre de l'agriculture, de la pêche, de la richesse et des ressources en eau du Sultanat d'Oman, a appelé à mettre en place une réponse coordonnée face à la pandémie du COVID-19, car les pays se battent pour assurer la productivité agricole et l'accessibilité des aliments. Il a également mentionné que certains pays ont été touchés par des invasions de criquets pèlerins.

La forte dépendance de la région à l'égard des importations alimentaires a suscité des inquiétudes dès le début de la propagation du COVID-19.

Les risques liés à la disponibilité des denrées alimentaires ont été réduits au minimum grâce aux mesures rapides prises par les gouvernements et les agriculteurs de la région en vue de maintenir le fonctionnement des marchés alimentaires.

Un soutien politique et des investissements continus dans l'ensemble du système alimentaire sont décisifs afin d'atténuer les risques et d'accélérer la reprise.

Dans ce contexte, la FAO a élaboré un programme complet et holistique de réponse et de redressement face au COVID-19, qui couvre sept domaines prioritaires clés et où une action est nécessaire de toute urgence.

Il vise à atténuer les effets immédiats de la pandémie tout en renforçant la résilience des systèmes alimentaires et des moyens de subsistance.

"Le Programme de la FAO pour la réponse et le redressement face au COVID-19 est une réponse véritablement cohérente et concertée à vos besoins, qui connecte toutes les parties de l'Organisation entre elles et exploite nos capacités techniques, opérationnelles, normatives sans oublier les données afin de soutenir l'action au niveau mondial, régional et national", a déclaré le Directeur Général.

L'ordre du jour de la conférence comprend une table ronde ministérielle afin de promouvoir un dialogue politique de haut niveau axé sur des actions concrètes visant à transformer les systèmes alimentaires en vue d'atteindre les ODD et de faire face aux impacts de la pandémie du COVID-19.

Transformer les systèmes alimentaires

Cette conférence de deux jours, organisée virtuellement par le Sultanat d'Oman, réunit 30 membres de la FAO ainsi que des représentants d'organisations partenaires, de la société civile, du secteur privé et des universités, afin d'identifier des solutions politiques innovantes liées au thème de cette année "Transformer les systèmes alimentaires pour atteindre les objectifs de développement durable".

La région du Proche-Orient et de l'Afrique du Nord (NENA) n'est pas en voie d'atteindre l'objectif de développement durable numéro 2 consistant à éliminer la faim et la malnutrition sous toutes ses formes d'ici 2030.

La faim est en augmentation dans la région, principalement en raison des conflits et des crises. Dans le même temps, les niveaux de surpoids et d'obésité chez les adultes et les enfants sont en hausse.

Le Directeur Général a souligné que les systèmes alimentaires de la région doivent changer afin d'assurer une alimentation durable et saine à une population croissante et de plus en plus urbaine dans un contexte de pénurie d'eau et de changement climatique en progression, et a annoncé que la première chef scientifique de l'histoire de la FAO sera originaire de la région NENA : Mme Ismahane Elouafi, ressortissante marocaine.

M. QU Dongyu a cité quatre éléments importants pour lancer la transformation rurale, alimenter la croissance économique et aider à transformer les systèmes alimentaires de la région: des politiques multisectorielles bien conçues qui permettent de créer un environnement favorable, l'innovation des processus et des intrants agricoles, des investissements publics et privés bien ciblés et une activité agricole vitale.

Le Directeur Général a également souligné que l'initiative "Main dans la main" de la FAO est un nouveau modèle de collaboration visant à déterminer où et comment les actions peuvent être ciblées pour atteindre les plus vulnérables et avoir le plus grand impact sur la pauvreté et la faim.

Cette Initiative est soutenue par des outils et des technologies de pointe, tels que la plateforme géospatiale "Main dans la main" et le Laboratoire de données pour l'innovation statistique.

La conférence régionale

À la fin de la première journée de la Conférence, les membres devraient approuver une déclaration ministérielle confirmant leur engagement à renforcer davantage la collaboration régionale et à relever efficacement les défis communs, notamment la sécurité alimentaire et la nutrition, la rareté de l'eau, le changement climatique et les défis posés par les ravageurs et les maladies transfrontières, en mobilisant un soutien pour atténuer les effets négatifs associés à ces défis.

Le deuxième jour, la réunion examinera les recommandations et les conclusions des réunions techniques consultatives régionales, une série de sessions techniques préparatoires qui ont eu lieu plus tôt cette année, réunissant des hauts fonctionnaires des ministères de l'agriculture, de l'eau, de l'environnement et de la santé issus de 30 pays, ainsi que des représentants permanents des gouvernements auprès de la FAO, des membres du personnel de la FAO et des représentants d'organisations régionales, du secteur privé et du monde universitaire.

La Conférence adoptera la série finale de recommandations et d'actions pour les pays, la FAO et les autres parties prenantes.

Les membres de la FAO au Proche-Orient et en Afrique du Nord se réunissent tous les deux ans pour discuter de questions d'intérêt commun et orienter le travail de la FAO afin d'améliorer l'alimentation et de l'agriculture de la région.

La Conférence régionale de cette année renforcera davantage le travail de la FAO dans la région et définira ses priorités de travail pour les deux années à venir.

Plus de: FAO

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.