Afrique: Formation - Penser le monde des relations internationales dans sa globalité

Dans un monde en profonde mutation, la pratique diplomatique dans toutes ses composantes nécessite plus que jamais des compétences multiformes dont beaucoup sont étroitement liées aux relations et à l'observation du monde dans sa globalité.

Un principe d'interaction défendu avec conviction par Florence Gabay, directrice du Centre d'études diplomatiques et stratégiques (CEDS), un institut créé en 1986 qui dispense aux diplomates, cadres politiques, officiers supérieurs et fonctionnaires, des formations de second et troisième cycle en matière de relations internationales.

« La pratique diplomatique évolue très vite avec les initiatives prises par les acteurs de la société civile, mais également avec l'engagement des dirigeants d'entreprises aux côtés des diplomates officiellement accrédités, estime-t-elle. C'est pourquoi, il faut développer une connaissance experte de l'action diplomatique, appuyer celle-ci sur un savoir pluridimentionnel certes, mais suffisamment développé de l'évolution du monde politique. »

Au CEDS, les programmes continus ou de perfectionnement portent sur les relations internationales, la diplomatie des affaires... avec des spécialisations de Master in public administration en diplomatie, stratégie, résolution de conflits. Le spectre est large. Il s'agit de balayer toutes les problématiques actuelles du devoir de mémoire aux grands changements sociétaux liées aux évolutions économiques. « Nous veillons à garder un œil actuel sur le monde, explique-t-elle, dans ce sens, nous invitons des personnalités du monde politique, diplomatique économique et médiatique, à animer des conférences devant les auditeurs du Centre d'études diplomatiques. » Une initiative qui s'inscrit dans la continuité de son engagement auprès de l'Institut Robert Schuman pour l'Europe dont elle est la vice-présidente.

Dans ses différents programmes, le centre met ainsi en avant une approche pluridisciplinaire dans laquelle les relations diplomatiques sont appréhendées à travers des études de terrain et une connaissance de la diversité des cultures. Pour cela, un observatoire stratégie et prospective a été créé avec des pôles repartis par thèmes et aires géographiques pour « étudier les questions actuelles et de projeter une représentation élaborée de l'avenir proche. » précise sa directrice.

Centre de formation, le CEDS a aussi un statut consultatif auprès du Conseil économique et social des Nations unies depuis 2005 et a conclu en 2017 un partenariat avec l'Unesco« pour développer les études de paix et la culture de la paix. » souligne Florence Gabay.

Florence Gabay est chef de cabinet à l'Assemblée nationale et chef de délégation permanente au sein du comité diplomatique international du Coscoc des Nations unies. Ce dernier participe à la conférence des chefs de délégations et a un pouvoir important : il peut demander des rendez-vous avec les services de l'ONU, y compris avec les Etats, suspendre des amendements et les fusionner.

Tagged:

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.