Mali: Le médiateur de la Cédéao en visite à Bamako ce mercredi

Bamako — Le médiateur de la Cédéao, Goodluck Jonathan, se rend mercredi à Bamako afin d'"évaluer la situation" au Mali, une visite intervenant quelques jours après l'appel de l'Organsiation ouest-africaine au rétablissement rapide de l'ordre constitutionnel.

Le déplacement de l'ancien président nigérian, intervient à une semaine d'un mini-sommet à Accra, qui a réuni les chefs d'état d'Afrique de l'Ouest et le chef du Comité nationale pour le salut du peuple (CNSP) Assimi Goïta.

La réunion d'Accra s'est soldé par un communiqué réaffirmant que les sanctions imposées au Mali restaient tributaires de la désignation d'une personnalité civile à la tête de la transition.

Les militaires avaient promis de restituer les commandes aux civils à l'issue d'une période de transition de 18 mois.

"Nous prenons l'engagement devant vous de ne ménager aucun effort dans la mise en oeuvre de l'ensemble de ces résolutions dans l'intérêt exclusif du peuple malien", avait déclaré le colonel Assimi Goïta, chef du CNSP, Comité crée par les militaires mutins.

L'Algérie s'active pour une sortie de crise

De son côté Alger a intensifié ses efforts diplomatiques pour un dénouement de la crise dans ce pays sahélien.

Dimanche soir, le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a assuré, lors d'une entrevue avec la presse nationale, que l'Algérie suivait de près la situation au Mali avec lequel elle est en contact permanent, exprimant son souhait de voir la période de transition réduite au minimum, outre la désignation d'une personnalité civile à la tête de l'Etat.

Dépêché par le Président Tebboune, le ministre des Affaires étrangères, M. Sabri Boukadoum, a tenu dimanche à Bamako, une réunion de concertation avec les chefs de la mission de ONU et de la mission de l'Union africaine (UA) au Mali, ainsi qu'avec les représentants de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao), de l'Union européenne (UE) et des cinq membres permanents du Conseil de sécurité onusien.

La réunion a permis à M. Boukadoum d'exposer la position algérienne quant à la nécessité de "préserver la stabilité de ce pays frère et voisin à travers une transition calme et apaisée qui permettra le retour à l'ordre constitutionnel" et qui soit en mesure de s'élever aux attentes du peuple malien, indique un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

Le chef de la diplomatie algérienne a mis en exergue "l'intérêt que porte l'Algérie, au plus haut niveau, à la stabilité et à la sécurité du Mali, d'où sa position claire de tout entreprendre" afin que le Mali "puisse traverser cette période difficile dans des conditions appropriées". Il a également "mis un accent particulier sur l'importance de privilégier une approche d'accompagnement du Mali afin d'épargner au peuple malien frère davantage de souffrances", d'après la même source.

De leur côté, les participants ont exprimé "leur appréciation à l'Algérie pour son engagement effectif auprès du Mali et son rôle stabilisateur dans la région". Ils ont accueilli favorablement "cet engagement indéfectible dont témoigne cette deuxième visite du ministre des Affaires étrangères au Mali en l'espace de trois semaines".

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.