Cameroun: Avec la manifestation du MRC, une journée sous haute tension se prépare

(archive) Les régions anglophones du Cameroun en proie aux conflits

Les autorités camerounaises ont interdit les manifestations annoncées par le MRC de Maurice Kamto ce mardi. L'opposant a invité les Camerounais à manifester pacifiquement pour réclamer le départ du président Paul Biya et le report des élections régionales prévues en décembre, si la crise dans les régions anglophones n'est pas réglée et si le système électoral n'est pas reformé de manière consensuelle.

« Ce 22 septembre n'est que le début », promet Albert Nzongang, conseiller spécial de Maurice Kamto. Ces derniers jours et pour la première fois, le leader du MRC a rencontré plusieurs partis politiques de l'opposition et des organisations de la société civile. Mais ces mouvements n'appellent pas formellement à rejoindre la marche. « Il faut reconnaître qu'aucun acteur d'envergure ne s'est senti à l'aise avec les délais, nous n'avions pas été consultés », confie l'un d'entre eux qui espère néanmoins qu'une véritable plateforme de l'opposition verra le jour bientôt.

Liberté d'expression contre respect de la Constitution

Dans ces conditions, Maurice Kamto réussira-t-il à mobiliser ? Les marches pourront-elles se dérouler malgré le déploiement des forces de l'ordre ? L'avocate Alice Nkom, une des figures de la société civile, regrette l'attitude du gouvernement qu'elle qualifie de « va-t-en-guerre ». « Parler du départ de Paul Biya, est-ce un crime de lèse-majesté ? », ironise-t-elle « et que faites vous de la liberté d'expression, tant qu'elle est non-violente ».

Du côté du gouvernement, on rappelle que ces marches sont interdites, que ce n'est pas la rue qui dictera sa loi. « Il y a des limites à ne pas franchir, insiste un ministre. Il faut respecter la constitution. Le président Biya a un mandat de 7 ans... Qu'ils soient un peu patients ». Les forces de l'ordre étaient d'ailleurs visibles lundi à Douala et à Yaoundé notamment.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.