Sénégal: Covid-19 - Le protocole d'inhumation des morts toujours en vigueur

Dakar — Le Capitaine Rassoulou Ba, chef de la brigade régionale d'hygiène de Dakar/Point E, invite les populations au respect du protocole d'inhumation des morts liés à la Covid-19, "toujours en vigueur" malgré les dernières mesures d’allègement annoncées par les autorités sanitaires.

"Que ça soit au niveau des Centres de traitement des épidémies (CTE) ou au niveau des domiciles à chaque fois qu'un décès est notifié le protocole est appliqué, parce que le procédé n'a pas changé", a-t-il précisé dans un entretien avec l'APS.

Il y a moins de 24 heures, souligne le capitaine Ba, Point focal du SNH au groupe de coordination opérationnel du Centre des opérations d'urgence sanitaire (COUS), il nous a été notifié, par le Centre de santé des Maristes, l'existence d'un corps sans vie dans une maison et nos équipes se sont déplacées pour faire le traitement.

Ce qui a changé, explique-t-il, c'est juste le nombre limite de personnes (8) qui accompagnent les défunts aux cimetières.

"Avec les mesures d'allègement les populations baissent les bras et il est important de les sensibiliser sur le respect strict des mesures barrières, notamment le port du masque qui est indispensable", confie-t-il.

D'après lui, le protocole a désigné trois entités pour gérer les inhumations. Il s'agit du Service national d'hygiène qui a en charge la coordination des corps sans vie pour assurer la désinfection et la décontamination du corps, la Croix Rouge qui met en sac et les Sapeurs-Pompiers pour transporter le corps jusqu'au lieu d'inhumation.

En outre, la brigade d'hygiène intervient pour la décontamination du corps et de la pièce occupée par le défunt et le district sanitaire de la zone accompagne la famille en mettant à sa disposition des équipements de protection individuels pour les aider à transporter le corps dans une morgue", explique l'hygiéniste.

"Ces dispositions prises, les familles peuvent procéder aux différents rites comme le lavage mortuaire avant le transport selon la filière communautaire (corbillard, ambulance, escorte, ... )"ajoute t-il.

Pendant cette période d'épidémie, "tout décès est suspect et est lié à la Covid19 avant la notification du médecin de la zone de responsabilité".

Pour permettre aux familles de respecter leurs rites, us et coutumes, le service national d'hygiène met à leur disposition des équipements de protection (casques, masques, lunettes et gants), pour leur garantir un maximum de sécurité.

Tout cela se fait donc sur demande de la famille que la Croix Rouge peut accompagner pour gérer le respect des mesures barrières avant et pendant l'enterrement du défunt, a précisé le Capitaine Rassoulou Ba.

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.