Burkina Faso: FESPACO 2021 - Un gap de financement de 800 millions F CFA à rechercher

21 Septembre 2020

Le ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme, Abdoul Karim Sango, a présenté le projet de budget 2021 de son département à la sous-commission 2 de la Commission des finances et du budget (COMFIB) de l'Assemblée nationale, le vendredi 18 septembre 2020, à Ouagadougou.

Le projet de budget 2021 du ministère de la Culture, des Arts et du Tourisme se chiffre à 66 millions F CFA en recettes contre 13 milliards F CFA en dépenses, soit une hausse de 57% par rapport à 2020, due à la contrepartie nationale et subvention du bailleur du «Programme d'appui aux industries créatives et à la Gouvernance de la culture (PAIC-GC) ».

L'information a été donnée par le ministre en charge de la culture, Abdoul Karim Sango, lors de l'audition de son département par la sous-commission 2 de la Commission des finances et du budget (COMFIB) de l'Assemblée nationale, le vendredi 18 septembre 2020, à Ouagadougou.

Le ministre Sango a fait savoir que la principale préoccupation de son département, en termes de besoins supplémentaires, porte sur l'organisation de la 27e édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO) qui se tiendra du 27 février au 6 mars 2021 dans la capitale burkinabè.

« En effet, le budget de l'activité est de un milliard trois cent millions FCFA alors que la dotation au titre du budget 2021 est de cinq cent millions (500 000 000) FCFA, d'où un gap de huit cent millions (800 000 000) FCFA à rechercher notamment auprès des partenaires techniques et financiers », a-t-il fait savoir.

Au regard de ce que l'évènement représente pour le Burkina Faso, M.Sango a plaidé pour une allocation de ressources conséquentes pour la tenue du FESPACO de 2021.

Les députés de la COMFIB ont reconnu le caractère stratégique de la biennale du cinéma africain pour le Burkina Faso et ont soutenu que l'Etat devrait trouver les moyens d'organiser cet évènement culturel majeur sans toujours attendre l'appui des partenaires.

Outre ce point, les préoccupations des parlementaires ont porté sur le bilan du programme présidentiel sur le plan culturel, l'état de la dette intérieure du ministère à l'endroit des hôteliers, sur sa politique de promotion des salles de cinéma et la répartition de la taxe pour le développement touristique.

Ils ont également voulu savoir ce que deviennent les talents révélés à la Semaine nationale de la culture (SNC), les mesures prises pour la diffusion de la musique burkinabè sur les médias audiovisuels nationaux.

Si la SNC de 2020 ne se tiendra plus, M. Sango a indiqué que son ministère se bat pour la tenue du 27e FESPACO, malgré le retard pris dans l'approche des partenaires.

Pour la promotion de la musique, il a salué les efforts qu'accomplissent les médias. Son département œuvre à offrir des scènes internationales aux artistes talentueux burkinabè, a-t-il indiqué.

Pour ce qui est du programme présidentiel, des efforts sont faits à travers le fonds d'appui au développement culturel. Un projet de construction d'un parc d'attraction est en vue, en partenariat avec un privé, a-t-il ajouté.

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.