Mali: Nomination d'un président civil de transition - La junte avait-elle le choix ?

21 Septembre 2020

La fumée blanche est enfin sortie hier des concertations entamées par la junte militaire avec les acteurs de la classe politique, de la société civile malienne, etc. En effet, elles ont abouti à la nomination de l'ex-ministre de la Défense, Bah N'Daw, comme président de la Transition, et du colonel Assimi Goïta comme vice-président.

En attendant que ces nominations soient acceptées par la CEDEAO, l'on peut dire que l'oiseau rare a été enfin trouvé et ce, quarante-huit heures avant l'expiration de l'ultimatum de cette instance sous-régionale qui avait, lors de son mini-sommet à Accra au Ghana, réitéré l'ordre à la junte militaire de désigner un président et un Premier ministre civils pour diriger la transition politique au Mali.

A présent que l'on sait qui présidera momentanément aux destinées du Mali, la CEDEAO va-t-elle illico presto lever les sanctions ?

En tout cas, il faut souhaiter que cette instance d'intégration sous-régionale aille dans ce sens d'autant que l'économie malienne est au bord de l'asphyxie.

Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'Assimi Goïta et ses frères d'armes auront pris une sage décision car, il ne servait à rien de continuer à jouer avec les nerfs des chefs d'Etat de la CEDEAO, au risque de plonger davantage le pays dans le gouffre. Cela dit, les hommes en treillis avaient-ils vraiment le choix ?

La réponse est non. Il est vrai que les tombeurs d'Ibrahim Boubacar Keïta, avaient l'intention de déposer leurs pénates au palais de Koulouba qu'ils disaient être venus balayer mais l'étau qui se resserrait autour d'eux, ne leur offrait pas d'autre choix que de satisfaire aux exigences de la CEDEAO.

Ils étaient d'autant plus acculés que le Mouvement du 5 juin (M5-RFP) qui a secoué le cocotier pour qu'IBK tombe comme un fruit mûr par la junte, est resté intraitable sur le choix des dirigeants de la Transition. Et c'est à son honneur car, il aura contribué ainsi à éviter la confiscation du pouvoir par l'armée.

Après 60 ans d'indépendance, les Maliens n'ont ni la sécurité, ni la prospérité encore moins la paix

Cela étant, la junte n'aura pas tout perdu puisqu'elle s'adjuge la vice- présidence et ce, pour une période de 18 mois. Il faut même craindre qu'elle ne fasse ombrage au colonel-major à la retraite car, selon toute vraisemblable, le poste de vice-président semblait avoir été taillé sur mesure.

Heureusement que la CEDEAO qui n'est pas dupe, a vite découvert le stratagème de la junte et a recadré les choses en réduisant la voilure de l'actuel occupant de ce poste.

En attendant de voir l'ossature du gouvernement qui sera mis en place, l'on peut dire que les Maliens auront, à travers ces nominations, fait un pas de géant sur le chemin du retour à l'ordre constitutionnel.

L'acte est d'autant plus important qu'il est intervenu à la veille de la célébration du 60e anniversaire de l'accession du Mali à la souveraineté nationale et internationale.

Un ouf de soulagement donc pour les populations qui risquaient de ne pas avoir l'esprit à la fête au regard de la météo politico-militaire qui prévalait. Cela dit, on fait le constat que les militaires ont longtemps occupé la scène politique malienne.

En effet, sur les 60 ans d'indépendance, l'armée aura dirigé le Mali pendant plus de trois décennies. Et en termes de bilan, les Maliens ne devaient pas en être fiers parce que les fruits, disons-le net, n'auront pas tenu la promesse des fleurs.

Cela est d'autant plus vrai qu'après 60 ans d'indépendance, les Maliens n'ont ni la sécurité, ni la prospérité encore moins la paix.

En tout cas, la situation crève les yeux. En dépit de l'assistance de la communauté internationale dont il bénéficie, force est de constater que le Mali est toujours à la recherche de ses marques.

Plus de: Le Pays

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.