Congo-Kinshasa: Le CLC revient à la charge - Le schéma de Réformes de la Société civile et du G-13 est à défendre

Il apparait clairement que deux sortes de réformes électorales se disputeront l'attention de Parlementaires et de Sénateurs durant cette session budgétaire. Le Président du Sénat et la Présidente de l'Assemblée Nationale, lors de l'ouverture de la présente Session, avaient d'ailleurs confirmé l'inscription de ce volet de réformes à l'ordre du jour des matières à traiter durant cette session parlementaire même si elle est à proprement parler budgétaire.

Après la CENCO, on attendait que le Comité Laïc Catholique fasse entendre aussi la voix sur ce sujet. Il l'a fait sur son compte Tweeter le samedi 19 septembre 2020. Le contraire aurait étonné ou alors les observateurs auraient facilement cru que ces catholiques laïcs lisaient mal les enjeux que représentent ces réformes.

Comme tous les congolais qui suivent la chronique politique dans notre pays, les laïcs catholiques qui représentent quand même une bonne portion de l'opinion nationale congolaise active savent qu'il faut déjà commencer à se mobiliser parce que des nuages sombres planent sur l'organisation des élections à venir. Même s'il faut s'attendre aux élections seulement en 2023, il y a des actes les précédant qui doivent être posés en 2020, si les échéances doivent être doivent respectées.

Le financement des opérations comme le recensement doivent être décidés cette année pour permettre qu'un prétexte de glissement ne puisse être invoqué. Le G13 est venu avec une proposition innovante qu'est le Recensement visant aussi l'identification de la Population qui peut mettre tout le monde d'accord et un chronogramme réaliste pour sa mise en application.

Le CLC sait bien que la bataille pour l'adoption de réformes qui viseraient une plus grande transparence dans les élections et moins de tricherie se passera au parlement et au Sénat. Et c'est le FCC qui détient une majorité écrasante dans ces deux institutions de la République. Et le FCC est connu pour avoir une propension d'obéir aux injonctions de sa hiérarchie plus qu'aux desiderata du peuple. Ce qui signifie que si les réformes du G13 vont à l'encontre du mot d'ordre du FCC pour ces mêmes réformes, on s'acheminerait vers un choc frontal entre le FCC et le CLC.

Un affrontement entre le FCC et le CLC tournerait bien sûr à l'avantage du FCC au parlement mais dans la rue, le CLC aurait l'avantage. Car, le CLC pourrait facilement mobiliser la population du pays pour rendre les réformes du FCC impossibles à implémenter. C'est là qu'intervient l'intérêt de cette intervention du CLC qui est un avertissement de la masse populaire au FCC pour revoir ses ambitions et les soumettre à l'intérêt du plus grand nombre. Le CLC est représenté partout au pays. Il est capable de mobiliser tous ceux qui s'opposent aux aspirations du peuple pour des élections libres, transparentes et réellement démocratiques, que ce soit ici à Kinshasa ou dans toutes les grandes villes du pays.

Le CLC est comme le bras séculier de la CENCO, mais dans le cas qui nous préoccupe, il a pris en compte les réformes que la Cenco, l'Eglise Kimbaguiste, l'Eglise Protestante, le MLC, et le Parti de Moïse Katumbi ont déjà endossées. C'est une bonne partie de la force qui vient de mettre en échec les propositions de désignation de Ronsard Malonda et les lois Minaku et Sakata et qui ne compte pas s'arrêter en si bon chemin.

Il est bon de noter que le FCC ne pourra pas s'appuyer sur la répression des manifestations comme par le passé pour contrer les protestations des masses de la population que le CLC représente, car depuis l'accession de Félix Antoine Tshisekedi, il est devenu difficile que les Policiers puissent dissuader la population par des arrestations massives et des tirs à balles réelles comme ce fut le cas dans le passé. Alors, comment pourra-t-elle faire passer ses propres réformes qui d'après plusieurs indiscrétions de membres du FCC visent à réinstaller le Sénateur Joseph Kabila au pouvoir et à modifier la Constitution pour que le Parlement vote le Président de la République en lieu et place du Souverain Primaire ? Comment pourra-t-il contrer les réformes du G13 déjà déposées au Parlement sans encourir le courroux de la population ? Le CLC sait qu'il détient une force avec laquelle il faut compter et c'est ce qui rend son message plus pertinent.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.