Sénégal: Le district sanitaire et l'alcool, cheval de bataille des jeunes à Ranérou

Ranérou Ferlo — Les Jeunes unis, un mouvement de Ranérou-Ferlo, ont dénoncé mardi la non-fonctionnalité de plusieurs services du district sanitaire de cette localité, ainsi que la vente clandestine d'alcool et de la marque de parfum dite "Boul faalé", utilisé comme alcool ou vin.

Concernant le district sanitaire, depuis son érection depuis plus de 10 ans, beaucoup de services ne sont toujours pas fonctionnels, en dépit des bons locaux bien équipés dont il dispose, a indiqué Ibrahima Thioune, élu local et porte-parole des populations.

S'exprimant lors d'un point de presse, il a déclaré que faute d'avoir à leur disposition un bloc opératoire, les femmes qui accouchent sont obligées de se rabattre sur l'hôpital de Ourossogui ou sur celui de Touba pour la césarienne.

Selon lui, les jeunes réclament l'ouverture immédiate du cabinet dentaire qui ne fonctionne pas malgré l'affectation d'un dentiste.

Ils dénoncent la non-assistance aux malades et aux blessés en donnant l'exemple d'un homme mort quelques heures après avoir été poignardé au couteau.

Ils appellent par ailleurs à doter d'ambulances, les postes de santé les plus reculés parmi les 16 que compte le district, lesquels ne peuvent compter que sur deux ambulances fonctionnelles.

Ils appellent par ailleurs les autorités à interdire la vente clandestine d'alcool et de la marque de parfum dite "Boul faalé" qui a récemment causé la mort de deux jeunes.

Aliou Ndour, le médecin-chef, dont le départ est réclamé par les jeunes, nie toute négligence dans la prise en charge de la victime.

"En ce qui concerne la personne décédée suite au coup de couteau, il n'y a pas de négligence. L'infirmier de garde m'a appelé vers 17 heures.

J'étais dans mon bureau et quand je suis venu, on a stabilisé le malade, on l'a mis sous surveillance, parce que ce n'était pas grave. Les constantes étaient normales et une heure de temps après, on a repris les constantes. Tout était normal", a-t-il expliqué.

Il a précisé que c'est aux environs de 21 heures que la victime a "piqué une crise", avant de décéder aussitôt. Il dit avoir appelé la gendarmerie pour l'informer et demandé une autopsie à Ourossogui.

Pour ce qui concerne les services non fonctionnels, il dit avoir évoqué le sujet dans ses différents rapports mensuels.

A La Une: Sénégal

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.