Angola: Le ministre défend la permanence à l'OPEP

Luanda — Le ministre des Ressources Minérales, du Pétrole et du Gaz, Diamantino Azevedo, a défendu lundi, à Luanda, la permanence de l'Angola au sein de l'OPEP.

Le ministre a souligné cette position lors de la rencontre avec les journalistes et les influenceurs d'opinion pour l'échange de vues sur l'Organisation des pays producteurs de pétrole (OPEP), qui a célébré son 60e anniversaire le 14 septembre.

«Tant que la présence de l'Angola au sein de l'OPEP n'est pas contraire aux principes et intérêts de notre pays, nous ne voyons pas la nécessité de quitter l'organisation, car c'est un forum très important en termes de stabilisation des prix du pétrole, dans la recherche de prix justes pour le producteurs et consommateurs », a déclaré le gouvernant.

Dans un autre aspect, le ministre a parlé des buts et objectifs des secteurs pétroliers et des ressources minérales.

Concernant ces deux sous-secteurs, il a souligné l'ensemble du processus de restructuration qui a conduit à l'approbation de nouveaux modèles de gouvernance pour les deux secteurs, qui a abouti à la création de l'Agence nationale du pétrole et du gaz, de l'Agence nationale des ressources minérales, de l'Institut de réglementation des dérivés du Pétrole, formation du personnel pour le secteur, ainsi que l'extinction de la Ferrangol.

Des aspects tels que la création du Pôle de Polissage de Diamants à Saurimo, les projets de construction des raffineries de Cabinda, Soyo, Lobito, le stockage de carburant et le Contenu Local du Secteur Pétrolier ont également été abordés.

A l'issue de la réunion, l'homme d'affaires Pedro Godinho a défendu l'importance du partage d'opinions et naturellement du brainstorming sur le secteur, soulignant qu'il est essentiel que des réunions de ce type se déroulent plus souvent, saluant le nouveau modèle de gouvernance ouverte avec la participation des partenaires sociaux.

Pour l'analyste économique Carlos Rosado de Carvalho, la réunion a été bénéfique car elle visait à accroître les connaissances et les informations sur le secteur qui ne l'aurait pas autrement.

L'Angola est membre de l'OPEP depuis décembre 2006.

En tant que membre, il a soutenu des stratégies visant à rechercher un équilibre sur le marché mondial du pétrole, entre la demande et l'offre.

Sur la base du quota de production défini par l'OPEP en avril dernier, en raison de la crise de la demande provoquée par le confinement social, pour éviter la propagation du covid-19, l'Angola a une production d'un million 180 000 barils / jour.

La coupe effectuée est de 348 mille barils par jour.

La réduction est de 23% pour tous les États signataires de l'accord et est basée sur l'histoire quotidienne d'octobre 2018, lorsque l'Angola avait une production quotidienne de 1,528 million de barils.

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.