Afrique: A l'ONU sous le signe de la pandémie

Ouverture du débat général mardi à New-York
22 Septembre 2020

'Le multilatéralisme n'est pas une option mais une nécessité', affirme le secrétaire général de l'Organisation des nations unies (ONU), l'ancien Premier ministre portugais António Guterres.

Mais la célébration du 75e anniversaire de l'ONU est, avant tout, marquée par la pandémie de coronavirus et par la paralysie de sa plus haute instance, le Conseil de sécurité, face à la multiplication des crises géopolitiques, environnementales et sanitaires.

Cette année, le débat général, qui s'est ouvert ce mardi et donne le véritable coup d'envoi à l'Assemblée générale annuelle, se tiendra de façon purement virtuelle sans la présence des chefs d'Etat ou de gouvernement qui enverront des discours préenregistrés.

Seul un représentant par pays vivant aux Etats-Unis pourra être présent à l'ONU à New York.

Le président togolais Faure Gnassingbé s'exprimera mercredi après-midi par vidéo, selon le programme fourni par l'ONU.

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.