Congo-Brazzaville: Contentieux sportif - La Ccas tranchera l'affaire Ondono-Ligue de karaté le 24 septembre

L'affaire opposant Me Fernand Romain Ondono contre la Ligue de karaté de Brazzaville et la Fédération congolaise de karaté et arts martiaux affinitaires est mise en délibéré le 24 septembre, a décidé le 19 septembre la Chambre de conciliation et d'arbitrage du sport (Ccas) après les élements de défense apportés par le représentant de l'Etat congolais.

Le conseiller administratif et juridique du ministre des Sports et de l'Education physique, Séraphin Saturnin Hervé Icka, a apporté les éléments de la défense le 19 septembre en démontrant à la chambre le rôle que l'Etat congolais à jouer dans cette affaire avant de contester la première sentence qui était rendue le 5 septembre dans laquelle la partie défenderesse demandait la somme de 7 millions de francs CFA à titre de dommage et intérêts.

« Nous sommes venus prouver à la Chambre le rôle que nous avons joué. Il n'était pas du tout majeur car ce n'était qu'un rôle de régulateur dans cette affaire. Nous retenons qu'il s'agirait des problèmes liés à l'organisation et le mode d'élection qui étaient à l'origine de toutes ces difficultés. Pour nous l'Etat, nous apportons notre pierre dans ce sens parce que nous jouons le rôle de régulateur. Nous avons demandé à la chambre de nous établir la preuve de notre responsabilité réelle dans cette affaire pour que, si cela est établi juridiquement, nous puissions assumer », a-t-il indiqué.

Cette affaire dont le verdict était attendu le 5 septembre avait pris une autre tournure. Car, la Ccas après avoir entendu les deux parties, avait mis en cause l'Etat congolais par le biais du ministère des Sports et de l'Education physique, lequel valide en dernier ressort les résultats des assemblées générales électives des fédérations sportives nationales.

Candidat à la présidence de la Ligue de Karaté de Brazzaville lors des élections du 28 septembre 2019, Fernand Romain Ondono avait, en effet, saisi la Ccas pour dénoncer les multiples irrégularités ayant entaché la préparation et la tenue de l'assemblée générale élective à l'issue de laquelle Constantin Nganongo Itoua a été réélu. Il dénonçait la décision portant convocation de l'assemblée générale élective, la composition du corps électoral ainsi que le vote à main levée. Ce mode de scrutin approuvé par la fédération allait, d'après lui, à l'encontre de la circulaire n°143 du 1er août 2016 relative à l'organisation des assemblées générales en vue du renouvellement des instances fédérales pour l'olympiade 2016-2020 et des statuts de l'Union des fédérations africaines de karaté qui consacrent le bulletin secret comme mode de scrutin.

Réagissant à sa convocation à la Ccas une année après sa réélection, le président de la Ligue de karaté de Brazzaville a justifié qu'il avait convoqué l'assemblée générale élective sur instruction de la fédération. Constantin Nganongo Itoua avait déclaré que seuls la fédération et le représentant du département des sports, présents le jour de l'assemblée, étaient habilités à constater les irrégularités.

Ce jeudi 24 septembre à 14 heures, la Ccas dira alors le droit sur cette affaire qui fera à coup sûr des heureux et des malheureux.

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.