Cameroun: Maroua - On répare des fistules obstétricales

Un centre de prise en charge vient d'être inauguré dans l'enceinte de l'hôpital.

Les fistules obstétricales. Certains qualifient de savante, l'appellation donnée à cette pathologie. Dans la région de l'Extrême-Nord, ce mal dont souffrent bon nombre de femmes est plus connu sous le vocable « La maladie de la honte ». La femme qui souffre de cette maladie dégage une certaine odeur qui, non seulement met mal à l'aise son entourage, mais elle aussi souffre parce qu'elle sent des odeurs monter de ses parties intimes. Cette souffrance peut habiter la malade toute sa vie. Selon les affirmations des spécialistes, les filles qui accouchent à très bas âge, tout comme les femmes qui ne bénéficient pas d'un suivi médical adéquat et qui ne passent pas entre des mains expertes lors de l'accouchement sont plus exposées à cette maladie qui, il faut le dire, est à l'origine de nombreux divorces à l'Extrême-Nord. Selon les explications du Dr Clovis Ourtching, gynécologue et chef du centre de prise en charge des fistules obstétricales à l'hôpital régional de Maroua, « la fistule obstétricale est une communication anormale entre la vessie et le vagin, laissant circuler de façon continue et incontrôlée les urines par le vagin et cette communication peut aussi s'effectuer entre le rectum et le vagin, laissant ainsi s'écouler de façon permanente les matières fécales ».

On comprend dès lors l'enthousiasme qui animait les femmes le 14 septembre 2020 à l'hôpital régional de Maroua lors de l'inauguration du centre de prise en charge des fistules obstétricales de l'hôpital régional de Maroua. Cette cérémonie était présidée par Midjiyawa Bakari, le gouverneur de la région de l'Extrême-Nord qui avait à ses côtés, Dr Gérard Fetse Tama, le directeur de cet hôpital, et le Pr Pierre Marie Tebeu, spécialiste en réparation des fistules obstétricales à l'hôpital gynéco-obstétrique et pédiatrique de Ngousso à Yaoundé. A l'occasion de cette cérémonie, les 10 premières femmes délivrées des fistules obstétricales au centre de réparation de l'hôpital régional de Maroua ont été fières de témoigner sur le calvaire qu'elles ont subi tout au long de leur maladie.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.