Afrique: Allocution liminaire du Directeur général de l'OMS lors du point presse sur la Covid-19 ̶ 21 septembre 2020

Dans le contexte de la tenue de l'Assemblée générale de l'Organisation des Nations Unies, l'OMS souhaite communiquer les 3 messages suivants : la pandémie doit nous motiver à redoubler d'efforts pour atteindre les objectifs de développement durable, nous devons dès aujourd'hui nous préparer à la prochaine pandémie, et nous devons garantir un accès équitable aux produits de diagnostic, aux traitements et aux vaccins.

L'objectif principal du mécanisme COVAX est de veiller à ce que tous les pays aient accès aux vaccins en même temps et que la priorité soit accordée aux personnes les plus à risque.

Le mécanisme COVAX permettra de maîtriser la pandémie, de sauver des vies, d'accélérer la reprise économique et de faire en sorte que la course engagée pour trouver un vaccin soit une initiative commune, et non pas un concours que seuls les riches pourront remporter.

Notre objectif consiste à obtenir 2 milliards de doses de vaccin disponibles d'ici la fin de 2021.

Jusqu'à présent, 3 milliards de dollars des États-Unis ont été investis dans l'accélérateur ACT ; soit seulement un dixième des 35 milliards de dollars US. restant, qui sont nécessaires pour intensifier les efforts et obtenir un impact.

Quinze milliards de dollars US. sont nécessaires immédiatement pour maintenir la dynamique et rester sur la bonne voie afin de réaliser les objectifs fixés dans nos calendriers ambitieux. Près de la moitié de ce montant est destinée au mécanisme COVAX.

Bonjour, bon après-midi ou bonsoir.

Aujourd'hui marque le 75e anniversaire de la création de l'Organisation des Nations Unies.

Il y a 75 ans, les nations du monde se sont réunies, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, et ont convenu que la coopération internationale constituait la seule alternative aux horreurs des conflits mondiaux.

La pandémie actuelle de COVID-19, plus qu'aucune autre crise depuis la seconde guerre mondiale, démontre clairement pourquoi nous avons besoin de l'Organisation des Nations Unies.

Nous ne pourrons faire face à cette menace commune qu'en adoptant une approche commune.

L'OMS est fière de faire partie de la famille des Nations Unies.

Alors que les nations du monde se réunissent virtuellement cette semaine, à l'occasion de l'Assemblée générale des Nations Unies, l'OMS souhaite transmettre 3 messages importants :

Premièrement, la pandémie doit nous motiver à redoubler d'efforts pour atteindre les objectifs de développement durable, et non pas devenir une excuse justifiant un échec.

Deuxièmement, nous devons dès maintenant nous préparer à la prochaine pandémie.

Et troisièmement, nous devons faire tout notre possible pour garantir un accès équitable aux produits de diagnostic, aux traitements et aux vaccins.

Nous continuons d'appeler l'ensemble des pays à utiliser tous les outils à leur disposition pour supprimer la transmission du virus et sauver des vies, et ce jusqu'à la mise au point d'un vaccin.

Depuis le début de cette crise, l'OMS a défendu et soutenu les efforts déployés au niveau mondial pour la mise au point d'un vaccin.

Nous avons élaboré des profils de produits cibles, des critères concernant le classement prioritaire des vaccins et un protocole principal d'essai.

Nous avons collaboré avec des concepteurs de vaccins et le milieu universitaire en vue de standardiser les tests de laboratoire, les modèles animaux et d'autres méthodologies normatives.

Nous contribuons également à mettre en rapport les fabricants et les sites d'essais cliniques.

En avril, l'OMS, la Commission européenne et de nombreux partenaires ont créé le Dispositif pour accélérer l'accès aux outils de lutte contre la COVID-19 (Accélérateur ACT), visant à accélérer la mise au point et la production de produits de diagnostic, de traitements et de vaccins contre la COVID-19 et à en assurer un accès équitable pour tous les pays.

En collaboration avec l'Alliance Gavi et la Coalition for Epidemic Preparedness Innovations (CEPI), nous avons également créé le mécanisme COVAX, qui donnera aux pays participants un accès à l'éventail de vaccins candidats le plus large et le plus diversifié au monde.

L'objectif principal du mécanisme COVAX est de veiller à ce que tous les pays aient accès aux vaccins en même temps et que la priorité soit accordée aux personnes les plus à risque, notamment les agents de santé, les personnes âgées et celles qui encourent le plus grand risque de contracter la maladie.

Nous n'avons aucune garantie qu'un vaccin particulier parmi ceux actuellement en développement sera efficace.

Plus nous testons de vaccins candidats, plus nous aurons de chances d'obtenir un vaccin sûr et efficace.

Près de 200 vaccins contre la COVID-19 sont actuellement au stade des essais cliniques et précliniques. En matière de mise au point de vaccins, l'histoire nous a appris que certains seront des échecs, et d'autres des succès.

Le mécanisme COVAX permet aux gouvernements de répartir le risque que constitue la mise au point de vaccins et de s'assurer que leur population pourra avoir un accès rapide à des vaccins efficaces.

Plus important encore, le mécanisme COVAX favorisera un déploiement coordonné à l'échelle mondiale pour le plus grand impact possible.

Le mécanisme COVAX permettra en outre de maîtriser la pandémie, de sauver des vies, d'accélérer la reprise économique et de faire en sorte que la course engagée pour trouver un vaccin soit une initiative commune, et non pas un concours que seuls les riches pourront remporter.

Il ne s'agit pas de charité, c'est en effet dans l'intérêt de chaque pays. Soit on coule, soit on nage ensemble.

La voie la plus rapide pour mettre fin à la pandémie et accélérer la reprise économique mondiale consiste à garantir la vaccination de certaines personnes dans tous les pays, et non pas de l'ensemble de la population de quelques pays.

Selon les résultats de sondages d'opinion menés récemment, l'écrasante majorité des gens sont en faveur d'un accès équitable aux vaccins.

Notre objectif consiste à obtenir 2 milliards de doses de vaccin disponibles d'ici la fin de 2021.

Il est encourageant de constater qu'un grand nombre de pays ont décidé de participer au mécanisme COVAX.

Toutefois, nous sommes confrontés à des défis considérables.

Pour que l'Accélérateur ACT fonctionne comme prévu, il doit être financé. Jusqu'à présent, 2 milliards de dollars US. ont été investis dans l'Accélérateur ACT.

Cela a donné lieu à une phase de démarrage très réussie, mais cela ne représente qu'un dixième des 35 milliards de dollars US. restant qui sont nécessaires à une intensification des efforts et à la réalisation d'un impact.

Quinze milliards de dollars US. sont nécessaires immédiatement pour maintenir la dynamique et rester sur la bonne voie, afin de réaliser les objectifs fixés dans nos calendriers ambitieux.

Notre défi consiste désormais à concrétiser la promesse immense que représentent l'Accélérateur ACT et le mécanisme COVAX.

Nous sommes à un stade critique et nous avons besoin d'une augmentation significative de l'engagement politique et financier des pays.

Ce n'est pas seulement une question de justice, c'est également une question de stratégie.

Selon nos estimations, une fois qu'un vaccin efficace aura été distribué et que les voyages et le commerce internationaux seront entièrement rétablis, les gains économiques l'emporteront de loin sur les 38 milliards de dollars US d'investissements nécessaires pour financer l'Accélérateur ACT.

J'ai maintenant le grand plaisir d'accueillir mon ami le Dr Seth Berkley, président-directeur général de l'Alliance Gavi.

Seth, vous avez la parole.

Plus de: WHO

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.