Cameroun: Ecoles, lycées, collèges - Des mesures prêtes contre le Covid-19

Ceux qui ont expérimenté la reprise en juin dernier ont pu roder les mécanismes de protection et pensent leur amélioration. Les autres cherchent leur voie.

« Malgré les difficultés pour respecter les gestes barrière et la crainte d'une deuxième vague épidémique, le retour à l'école est une nécessité pour les enfants du monde entier privés d'école pendant le confinement. Cette crise ne doit pas se transformer en une «catastrophe générationnelle», rappelait récemment le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres. Mais, comment assurer la sécurité des élèves et mettre les établissements scolaires à l'abri du coronavirus, alors que la pandémie sévit encore ? C'est l'un des casse-têtes de cette rentrée pas comme les autres.

Pour l'heure, c'est le même protocole édicté par le gouvernement à la reprise du 1er juin dernier qui prévaut sur l'ensemble du territoire. Un protocole qui se résume en peu de mots : lavage des mains, gestes barrières, ventilation des classes et surtout port du masque pour les professeurs et les élèves à partir du primaire. Des mesures en accord avec les recommandations de l'Organisation mondiale de la Santé (Oms).

Dans les établissements scolaires donc, les états-majors sont sur les dents en cette veille de rentrée inédite. Un tour dans quelques écoles, lycées et collèges de la ville permet de constater que les staffs sont au boulot. « L'avantage cette fois-ci est que nous ne naviguons pas tout à fait à vue comme en juin dernier, même si de nombreuses inconnues demeurent. Nous allons simplement parfaire les mécanismes de protection mis en place à la précédente reprise, étant donné que nous accueillerons tous les élèves en octobre. Nous collons aux instructions du ministère pour ce faire », explique le proviseur d'un lycée. Du coup, ici et là, l'on travaille à nouveau l'organisation et l'assainissement des sites.

Sur le plan de la mise en œuvre des mesures barrières, la plupart des établissements visités ont prévu une multiplicité de postes de lavage des mains, avec des seaux robinets et des morceaux de savon. Mais la disponibilité de l'eau potable reste une équation à résoudre pour certains. «Cette pandémie est pour nous l'occasion de tirer profit du club santé et de responsabiliser les chefs de classe : de la même manière que la gestion du cahier de texte leur est confiée, les gels hydro alcooliques pourraient leur être remis pour la désinfection des mains de leurs camarades à chaque heure », soutient le principal d'un collège privé. Un peu partout, des préposés chargés de prendre la température de tout usager (enseignant, élève ou visiteur) avec des thermo flashs sont prévus. Pour ce qui est de la distanciation sociale, les places des élèves sont marquées, pour une installation en Z. Pour ce qui est de la désinfection des classes, les équipements et les produits nécessaires ont déjà été acquis. Les salles seront désinfectées tous les soirs après les cours, par les agents de ménage. Quant aux cache-nez, chaque parent devrait en pourvoir pour sa progéniture.

Au ministère de la Santé publique, l'on n'est pas inquiet outre mesure pour cette rentrée, la situation épidémiologique étant globalement maîtrisée. «Toutes les études sont concordantes : les enfants sont moins contaminés et moins contaminants que les adultes. Avec un respect rigoureux des gestes barrières le risque que l'enfant s'infecte est infime. Donc, pour nous, on peut y aller », a indiqué Dr Georges Etoundi Mballa, directeur de la Lutte contre les maladies, les épidémies et les pandémies, récemment face à la presse. Du reste, des dépistages massifs 3T (traquer, tester, traiter) seront organisés pour les plus de 15 ans dans les lycées et collèges.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.